Accueil Économie

Le patron d’Ubisoft fustige Bolloré et accuse Vivendi d’«agression»

Après le rachat de nombreuses actions, Vivendi est devenu actionnaire majoritaire du troisième éditeur mondial de jeux vidéo.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Guillemot, le cofondateur de l’éditeur français de jeu vidéo Ubisoft, a expliqué mercredi avoir ressenti comme une «agression» l’irruption du groupe Vivendi dans le capital de son entreprise et fustigé l’attitude de son dirigeant Vincent Bolloré, dans un entretien au quotidien Les Echos.

«Nous avons le sentiment d’avoir vécu une agression. J’ai reçu un appel de Vincent Bolloré deux heures avant l’annonce de son entrée dans le capital d’Ubisoft. Il ne m’en a même pas parlé!», a déploré l’entrepreneur.

«Prendre un pourcentage dans notre société sans discuter avec nous au préalable, ce sont des méthodes d’un autre temps. On n’entre pas dans une société en cassant la porte!», a-t-il encore dénoncé, fustigeant des méthodes «d’activiste».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs