Accueil Société

Médecine: 7 solutions pour combattre la pénurie

Ce vendredi matin a lieu le premier examen d’entrée pour les études de médecine. Pourtant, des poches de pénurie sont constatées. Quelles solutions pourraient être utilisées  ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Ce vendredi matin, dès 7h, les portes des palais du Heysel s’ouvrent pour laisser la place aux 4.200 candidats aux études en médecine et en dentisterie. Seul un examen réussi, avec un minimum de 8/20 à chacune des 8 matières et une moyenne de 10/20 à chacune des deux parties de l’examen, permet de s’inscrire ensuite dans une des universités francophones pour suivre les cours de la première année de médecine et de dentisterie. C’est une première en Communauté française, calquée sur l’examen organisé en Communauté flamande depuis 1997. L’objectif affiché est de diminuer le taux d’échec, le réel de diminuer le nombre de diplômés qui, dans six ans, pourront prétendre à un numéro Inami pour entamer leur spécialisation. Cette épreuve est contestée, puisqu’en même temps les experts de la Commission fédérale de planification montrent qu’en se limitant à environ 600 numéros Inami francophones, on aura perdu dans 20 ans la moitié de la force de travail des généralistes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs