Ouragan Irma: des couvre-feux décrétés en Floride pour éviter les pillages (vidéo)

©PhotoNews
©PhotoNews

Selon plusieurs médias américains, le chaos de l’ouragan Irma a laissé place aux pillages. Des voleurs ont opéré dans des magasins et sont entrés dans des maisons dans plusieurs villes de Floride. De nombreux vols à main armée ont également été signalés. Dans la ville de Weston, un voleur de dix-sept ans aurait été touché par balle par un agent de sécurité. L’adolescent a été transféré à l’hôpital. Les auteurs de ces pillages sont souvent des jeunes qui s’organisent en petits groupes.

Plus de 6 millions d’habitants ont reçu l’ordre d’évacuer. Un quart de la population de l’Etat de Floride a dû se réfugier dans les terres, pour éviter les tourments d’Irma. Ce qui laisse beaucoup de bâtiments vides de ses résidents. Les secours étaient compliqués par la force du vent, la pluie et la tombée de la nuit. Des couvre-feux ont été décrétés dans plusieurs municipalités, notamment pour éviter ces pillages, comme dans les Keys.

A Saint-Martin, les habitants déplorent le manque de sécurité

Le ministre de l’Intérieur français, Gérard Colomb, expliquait ce dimanche que la sécurité est rétablie sur l’île de Saint-Martin, après le passage d’Irma. « Il n’y a plus les scènes de pillages et les scènes violentes que vous avez connues », affirmait-il lors de sa conférence de presse. Pourtant, sur place, la réalité diffère : les pillages continuent et les habitants oscillent entre peur et colère.

France Info a réuni quelques témoignages. « Ils sont encore en train de piller, il faut arrêter ça », s’insurge un habitant dans une petite zone d’activité, à 200 mètres du bâtiment où s’est installée la sécurité civile. « Il faut qu’il y ait une patrouille qui tourne ici », réclame-t-il. Un pick-up est garé devant un magasin d’équipements électriques éventré. Deux hommes le chargent tranquillement d’une chaise, de trois lampadaires et quelques autres appareils. La scène se déroule sous les yeux de deux militaires en treillis qui pénètrent aussi dans le magasin, visiblement pas pour y rétablir l’ordre. Les militaires ne sont même pas armés.

Cet habitant de Saint-Martin a lui même été victime de pillages, douze heures après le passage d’Irma. La porte de son entrepôt de vins et de spiritueux a été forcée à coup de transpalettes. On lui a notamment dérobé des grands crus, sous ses yeux. « Si tu l’approchais, il te mettait un coup de club de golf dans la tête », se souvient-il.

Une interdiction de circulation s’apparentant à un couvre-feu reste en vigueur à Saint-Martin entre 19h et 07h jusqu’à mercredi.

left
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous