Accueil Opinions Cartes blanches

Ces écrivains turcs qui refusent la loi du silence

La liberté d’expression est mise à mal en Turquie. La presse est particulièrement ciblée. Le réseau d’écrivains PEN international tend la plume à ceux qui résistent encore

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 3 min

En Turquie, la liberté de la presse vacille. Depuis le coup d’Etat manqué du 15juillet 2016, le régime Erdogan a accentué les pressions sur les rédactions. A tel point que l’on estime aujourd’hui à 170 le nombre de journalistes peuplant les geôles turques. Parmi eux, des membres du grand quotidien fondé en 1924 Cumhuriyet (« République »). Dix-sept dirigeants, journalistes et employés actuels ou passés sont accusés d’avoir aidé diverses « organisations terroristes armées ». Une nouvelle audience de ce procès symbole des attaques contre la liberté de la presse s’est tenue ce lundi à Silivri, près d’Istanbul. Comme lors de l’audience précédente, une foule nombreuse assistait au procès.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs