Grand Baromètre: les Belges contestent la dotation du prince Laurent

© Photo News.
© Photo News.

La dotation de 308.000 euros du prince Laurent peut passer à la trappe. C’est l’opinion majoritaire qui se dégage de notre Grand Baromètre national Ipsos-Le Soir-RTL-VTM-Het Laatste Nieuws. À la question de savoir si ce montant annuel devait encore lui être versé, 51 % des sondés répondent par la négative. Il ne s’en trouve qu’un tiers pour encore trouver une vertu à la dotation de Laurent.

Ce sont clairement les Flamands qui sont les plus résolus, s’agissant de mettre fin au système. Ils sont 55 % à en être convaincus, contre 43 % à Bruxelles et 44 % en Wallonie. Les défenseurs de la dotation sont moins nombreux, tant à Bruxelles (36 %) qu’en Wallonie (38 %). Précisons qu’un nombre non négligeable de sondés ne se prononce pas : 21 % à Bruxelles, 18 % en Wallonie et 14 % en Flandre.

Il est possible que cette antipathie pour la dotation allouée à Laurent soit en partie épidermique. Le sondage a en effet été réalisé après une énième frasque du prince. Le 29 juillet dernier, Laurent publiait sur Twitter une photo de sa participation au 90ème anniversaire de l’armée chinoise à l’ambassade de Pékin à Bruxelles. Or, pour rencontrer des personnalités publiques ou diplomatiques étrangères, le prince est censé demander préalablement l’accord du ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders. Or le prince ne s’est pas encombré de cette « formalité », relançant un débat sur sa dotation, dont il ne sort manifestement pas gagnant. Ajoutons à cela que ce n’est pas la première fois, mais la troisième fois que Laurent procède de manière cavalière. Avant cela, en décembre 2016, il avait rencontré le Premier ministre sri-lankais à Bruxelles sans la moindre autorisation. Charles Michel avait été clair : la prochaine fois, il y aura sanction, et la prochaine fois est arrivée. Charles Michel doit très prochainement rencontrer le prince pour entendre ses arguments. Et après cela, une réduction de la dotation de 10 à 15 % pour un an risque de lui être infligée.

Manifestement, une majorité de Belges, en tout cas au cœur des événements, ne trouve pas cela injuste. Et sont même prêts à aller plus loin, prônant carrément la fin de la dotation de Laurent.

Méthodologie

Cette vague de 2.388 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 960 en Wallonie, 959 en Flandre et 469 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale, a été réalisée du 25 août au 3 septembre 2017. Les interviews ont eu lieu en ligne. La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 % est de +-3,2 en Wallonie, +-3,2 en Flandre et de +-4,5 à Bruxelles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous