Accueil Société Régions Brabant wallon

«Des événements vécus sans stress»

A 24 ans, lasses de ne pas trouver un travail, elles décident de se lancer comme indépendantes. Les idées, elles les ont. Et la pratique aussi. Il leur reste à concrétiser.

Entretien - Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 3 min

Personnalisation et proximité sont devenues leurs maîtres mots. À l’âge où l’on se lance dans la vie, deux amies décident d’aller jusqu’au bout de leur idée première, imaginée dès leurs études secondaires à l’athénée de Nivelles. Elles viennent de créer leur destin dans le secteur de l’événementiel. Un véritable parcours du combattant. Entretien avec Charlotte Verhoogen et Margaux Glesner toutes deux âgées de 24 ans, qui ont lancé, à Lillois, Let’s Bee Events.

Pourquoi devenir indépendantes ?

Cela fait deux ans qu’on a en mains notre baccalauréat en tourisme, option animation événementielle, et que l’on ne trouve pas de travail. Pour vivre, on assume chacune des mi-temps, l’une à la réception d’un hôtel, l’autre comme gestionnaire de dossiers au parquet de Namur. Pourtant, l’événementiel reste notre passion première. On veut absolument pouvoir en vivre un jour. Se lancer à deux, comme on l’a fait ensemble pour les études, était notre seule voie pour espérer y réussir.

Exister donc ?

C’est, en effet, le jeu de mots que l’on induit avec le nom de notre société, qui fait le lien entre le verbe être et le nom commun d’abeille. À deux, on est plus fortes pour faire progresser notre projet. En n’oubliant pas que “bee” est aussi l’acronyme de “Best experience ever” car là est aussi notre souci de pouvoir organiser des événements que chacun et chacune pourront garder dans un petit coin de leur mémoire comme étant un des plus beaux jours de leur vie, car vécus sans stress et sans responsabilité.

Que proposez-vous concrètement ?

On aimerait pouvoir organiser des événements, à la fois pour des gens et pour des sociétés. Pour les particuliers, l’on pense évidemment à des brûlages de culotte, des anniversaires ou des “baby showers”.

Dans une tradition beaucoup plus anglo-saxonne…

C’est vrai que c’est très à la mode dans ces pays-là, mais nous pensons que cet esprit s’installe aussi dans les mentalités latines. Avec quelques changements puisque les fêtes prénatales, organisées entre femmes pour annoncer la venue d’un enfant, se font plus ici après la naissance.

Et pour les entreprises ?

On vise les team-buildings qui permettent de créer un esprit d’équipe et l’épanouissement de tous, mais on pense aussi à d’autres formes d’incentives, ou encore aux Family Days et autres fêtes du personnel. Sans oublier des présentations de produits.

Déjà des contrats en vue ?

On vient de remettre notre première offre, mais on attend le premier contrat. Les idées, nous les avons. C’est vrai que nous n’avons encore aucune référence sous le nom de notre société, mais nous avons de l’expérience acquise au cours de nos stages et de nos exercices pratiques. On nous a déjà confié des missions que nous avons pu mener de bout en bout. On n’attend plus que notre travail d’abeilles puisse avoir le miel comme résultat final...

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Brabant wallon

In BW: une politique immobilière tournée vers l’avenir

Gestionnaire de cinq business centers en Brabant wallon, l’in BW mise sur une politique immobilière à la pointe en matière d’énergie et de services aux entreprises. Elle s’oriente aussi de plus en plus vers la spécialisation de ses parcs d’activités économiques.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo