Une ASBL financée par l’Azerbaïdjan: Alain Destexhe convoqué par le MR

© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir
© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir

Le député bruxellois et sénateur Alain Destexhe (MR) a démenti mardi matin, via l’agence Belga, toute implication dans la gestion de l’ASBL European Academy for Elections Observations dont il reconnaît avoir contribué à la création. Disant en avoir démissionné en 2015 sans y avoir touché de rémunération, Alain Destexhe a ajouté avoir récemment rédigé un rapport très critique sur la situation des droits de l’homme en Azerbaïdjan, voté à l’unanimité par la commission juridique du Conseil de l’Europe.

Selon le porte-parole du MR, Alain Destexhe sera invité à donner des explications au conseil de conciliation et d’arbitrage du parti. Le Mouvement Réformateur n’était pas au courant de l’existence de cette association, a-t-il ajouté.

« Jamais impliqué en quoi ce soit »

«  J’ai accepté de participer à la création juridique de l’ONG ’Académie’ à la demande de mon ex-collègue et ami Stefan Goris. Je n’ai jamais été impliqué en quoi que ce soit dans la gestion de cette ONG car je lui faisais entièrement confiance. Je n’ai touché aucune rémunération. Début 2015, j’en ai démissionné  », a commenté mardi matin Alain Destexhe, interrogé par l’agence Belga.

Selon les quotidiens L’Echo et De Tijd, l’ASBL fondée en 2010 par Alain Destexhe et l’ancien LDD et ex-député Open Vld Stef Goris a servi pendant sept ans, via ses conclusions positives, à légitimer les élections en Azerbaïdjan, pourtant critiquées par des organismes officiels comme l’OSCE. Elle était financée par des fonds azéris, via une organisation de lobbying basée en Allemagne.

Élections communales 2018
 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominic Raab, aujourd’hui démissionnaire, avait été choisi par Theresa May après la démission de David Davis comme Secrétaire d'Etat à la Sortie de l'Union européenne.

    Dominic Raab, le «Monsieur Muscle» démissionnaire de Theresa May

  2. L’animateur Nikos Aliagas anime la matinale d’Europe 1 depuis la rentrée.

    Le média radio s’effondre en France, plombé par Europe 1

  3. Dans le hangar de la base militaire de Beauvechain, David, François et Vivian (au fond) ont écouté attentivement les instructions données par un élève pilote qui s’entraîne sur Marchetti.

    L’armée tente de séduire la jeunesse

Chroniques
  • Centenaire de l’armistice: un monde sans mémoire

    Avec la Toussaint, la fête des morts et les commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale, nous sortons d’une intense période mémorielle, qui a retenu l’attention de tous les médias. Mais cette accumulation de rites, d’images et de discours ne doit pas occulter le fait que nous entrons dans un monde sans mémoire.

    Comme Péguy l’a montré, la mémoire n’est pas l’histoire : c’en est même le contraire. La mémoire est un lien vivant, concret, presque charnel, avec un passé qui reste vivant, qui nous concerne et nous touche. Elle nous rattache à l’expérience des générations antérieures par une chaîne de témoignages, de gestes, de rituels dont nous avons été partie prenante, qui ont imprimé en nous des images, même vagues, chargées de sens et d’affects. L’histoire au contraire est une science, un regard neutre et objectif, un retour sur un passé avec lequel les...

    Lire la suite

  • Brexit: il ne faudra pas s’étonner

    Donc, on y serait… L’accord sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne a été conclu entre les deux parties et avalisé ce mercredi par le gouvernement britannique.

    Ce moment constitue l’étape la plus déterminante du processus depuis que la Première ministre Theresa May a formellement notifié à l’Union, le 29 mars 2017, la décision de la quitter. Mais il serait hasardeux de prédire que l’essentiel est fait. On le dira lorsque l’accord aura été adopté par le Parlement britannique : forcer...

    Lire la suite