Accueil Culture

Concerto pour orgue

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Benoît Mernier aime citer Olivier Messiaen qui considérait qu’écrire un concerto pour orgue et orchestre était une gageure. «  Probablement, comme l’explique Mernier, parce que cela consiste à combiner deux entités distinctes qui ont des rôles similaires. De plus l’orgue recèle une série de sonorités, du hautbois à la flûte, qui rappellent celles de l’orchestre. Et pourtant construire un crescendo est singulièrement différent sur chacune des deux entités. Le compositeur solutionne ce défi en plaçant dans sa partition des sortes de “trompe l’oreille”, des passages où les sonorités des deux partenaires se confondent. Sans parler des effets de spatialisation pour des entités qui occupent la plus grande partie de la largeur de l’estrade de scène ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs