Accueil Opinions Éditos

Et si l’Histoire m’était (bien) contée

Les polémiques sur la responsabilité de la Belgique dans la mise en coupe du Congo, de son territoire et de son peuple se suivent. Cette fois c’est à Mons qu’une fresque pose question.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 3 min

La lecture de l’Histoire agite inévitablement les passions. A Mons, ainsi, une fresque glorifiant la participation de «pionniers» locaux à la colonisation du Congo fait à son tour polémique. Jugée insultante par le libéral Georges-Henri Bouchez, elle sera en quelque sorte contrebalancée par un hommage à l’indépendance du Zaïre/Congo dont la forme reste à définir.

Cet assaut de bien-pensance pour les uns, cette nécessité de vérité pour autres, renvoie à la part de responsabilité de la Belgique dans la mise en coupe réglée du Congo, de son territoire et de son peuple. Récemment encore, le débat sur le déboulonnage ou le maintien des statues des personnalités sudistes favorables à l’esclavage aux Etats-Unis a donné aux détracteurs de Léopold II l’occasion de relancer la vieille guerre menée à sa représentation équestre sise place du Trône, à Bruxelles.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs