Accueil Monde Union européenne

Juncker appelle la Turquie à «libérer nos journalistes»

L’étudiant de l’Ihecs et journaliste indépendant Loup Bureau est détenu en Turquie depuis 50 jours.

Temps de lecture: 1 min

L ibérez nos journalistes ! Et pas que les nôtres ! », a lancé mercredi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker aux dirigeants turcs, alors qu’environ 150 journalistes – dont l’étudiant de l’Ihecs Loup Bureau – sont emprisonnés en Turquie. M. Juncker a également constaté qu’Ankara s’éloigne « à pas de géant » de l’Union européenne.

« L’Union européenne comptera dans les années à venir plus de 27 États membres, mais il faudra que les valeurs fondamentales soient respectées », a prédit le président de la Commission européenne lors de son discours sur l’état de l’Union. « Cela exclut pour l’instant une adhésion de la Turquie. Elle s’éloigne à pas de géant de l’UE. »

M. Juncker a rappelé l’importance de la liberté d’expression, notamment pour les journalistes. « Ils doivent pouvoir s’exprimer librement, ils ne doivent pas se retrouver en prison. Je lance un appel aux responsables en Turquie : libérez nos journalistes ! Et pas que les nôtres ! ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Stenuit Fernand, jeudi 14 septembre 2017, 13:45

    Comment Juncker peut-il en mème temps demander à un Etat dictatorial de libérer les journalistes , et en mème temps d'encore discuter de l'entrée d'un tel Etat dans l'Europe .

  • Posté par Van Obberghen Paul, mercredi 13 septembre 2017, 10:55

    La Turquie, sous Erdogan, n'est pas une démocratie. De plus, n'étant pas géographiquement en Europe (à part quelque km2 à l'ouest du Bosphore) il n'y a pas de raisons qu'elle en fasse partie. Dans ce cas, pourquoi pas le Maroc, Israël ou le Congo?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une