Accueil Opinions Chroniques

Les effets mystérieux de la politique monétaire

Paul De Grauwe Professeur à la London School of Economics

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Il y a quelque chose de mystérieux dans la politique monétaire de la Banque Centrale Européenne depuis 2015. C’est l’année où la BCE lança sa politique d’« assouplissement quantitatif ». « Quantitative Easing » en anglais. L’acronyme QE confère à cette politique une dimension de mystère. Cela ressemble à une potion magique. Une potion donnant des pouvoirs inimaginables mais tout aussi dangereux à la BCE.

Bon nombre d’analystes ont comparé QE à une drogue. Une drogue administrée par la BCE à l’économie qui, come la drogue XTC, produit de fortes sensations de bien-être, d’euphorie et de bonheur intense. Mais comme tous les stimulants, c’est un effet de court terme. A plus long terme, selon ces mêmes analystes, la drogue QE n’aura que des effets négatifs sur la santé de l’économie. Ces effets ne sont généralement pas explicités mais parce qu’il s’agit d’une drogue, notre imagination remplit aisément le détail de ces conséquences nocives.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs