La Province investit (dans) la culture

Dans cet article
Les jeunes artistes comme Raphaël Meulemans, ici en concert, dans l’église Sainte-Waudru à Beauvechain, peuvent compter sur l’opération «
Mes premiers pas en musique classique
» pour se faire connaître du jeune public. © Sylvia Pigarella.
Les jeunes artistes comme Raphaël Meulemans, ici en concert, dans l’église Sainte-Waudru à Beauvechain, peuvent compter sur l’opération « Mes premiers pas en musique classique » pour se faire connaître du jeune public. © Sylvia Pigarella. - Sylvia Pigarella.

P as une commune sans sa salle de spectacle, pas un village sans sa troupe, ses artistes ou ses créateurs. Les habitants du Brabant wallon ne sont aujourd’hui plus obligés de se rendre à Bruxelles, Namur ou Liège pour trouver une offre culturelle riche et variée. »

L’affirmation est du député provincial en charge de la culture, Tanguy Stuckens (MR), mais cela ne l’empêche pas d’aider les différents acteurs à s’unir pour se faire connaître du plus grand nombre. Preuve en est cette nouvelle version de la brochure « C’est joué près de chez vous » qui permet aux organisateurs et institutions de valoriser leur production.

Le budget de 70.000 euros reste inchangé pour cette opération. La première des nouveautés, c’est qu’elle sera cette année distribuée deux fois par an en toutes-boîtes. L’occasion de mieux coller à la programmation. Il était en effet difficile de réaliser, en septembre, la promotion d’un spectacle prévu en juin de l’année suivante.

La deuxième modification, c’est que la brochure complète ne sera désormais plus envoyée gratuitement qu’aux personnes qui en feront la demande (1) expresse. Une autre manière de s’abonner à la culture avec, à la clé, des offres promotionnelles allant, selon les spectacles, d’une réduction sur le prix d’entrée à une place gratuite pour l’achat d’une ou plusieurs autres payantes.

Déjà pour les bambins

Les centres culturels du Brabant wallon seront, eux, aidés d’une deuxième façon – en plus d’un budget de fonctionnement de 8.000 euros par centre culturel – puisqu’un budget de 60.000 euros sera alloué aux douze structures qui vont, cette année, valoriser la musique classique pour un jeune public. Seule Perwez manque à l’appel car, suite à un changement de direction, l’appel d’offres n’a pu être rentré à temps.

« Mes premiers pas en musique classique » est le nom de cette thématique qui court sur la saison 2017-2018. Les centres culturels ont ainsi décidé de s’appuyer sur des musiciens ou des groupes locaux pour permettre aux plus jeunes d’ouvrir leurs oreilles à un monde aujourd’hui méconnu. À Rixensart, il est même question d’une animation pour les bambins de moins d’un an tandis qu’à Ittre, le violoniste Lorenzo Gatto, deuxième lauréat du Reine Élisabeth 2009, sera mis à contribution. Sans oublier le projet « Viva » mis en place par la ferme du Biéreau, le Centre culturel du Brabant wallon, le Jean Vilar et la Chapelle musicale, qui va narrer la vie de Vivaldi, sous la plume de Vincent Engel.

(1) Par mail à culture@brabantwallon.be.

«Offrir un produit vivant»

Par Jean-Philippe de Vogelaere

Tanguy Stuckens, député provincial du Brabant wallon en charge de la Culture. © D.R.
Tanguy Stuckens, député provincial du Brabant wallon en charge de la Culture. © D.R. - D. R.

Rapprocher les citoyens de la culture est devenu la priorité du député provincial Tanguy Stuckens (MR). Il le démontre coup sur coup, avec l’opération « C’est joué près de chez vous » et l’aide aux centres culturels intitulée « Mes premiers pas en musique classique ». Entretien.

Quelle est votre intention ?

Dans les deux cas, c’est l’occasion de démontrer que les collaborations entre les acteurs permettent de renforcer l’identité culturelle du Brabant wallon. En théâtre, c’est devenu évident qu’un spectacle comme Le roi nu ne peut se faire sans une collaboration fructueuse, dans ce cas entre l’Atelier Théâtre Jean Vilar, les Baladins du Miroir et le Théâtre Éphémère. L’édition de brochures pour faire connaître le foisonnement théâtral va dans ce sens car il permet d’offrir un produit vivant.

Pareil pour la musique classique ?

Cela peut paraître anachronique d’en faire aujourd’hui la promotion auprès des jeunes, mais c’est important de leur démontrer que la musique classique n’est pas celle que l’on découvre sans respirer dans un costume en présence du Roi, et encore moins ennuyeuse. Loin de cette caricature, l’intention est de décomplexer cette forme de musique et montrer la richesse des émotions qui en découlent, fruit d’un subtil mélange entre passion et travail.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous