Accueil Société Régions Hainaut

Enfin un accord sur le tracé de la voie rapide au sud de Charleroi

Le gouvernement wallon et les bourgmestres de toutes les entités concernées approuvent une solution qui pourrait désengorger la N5 et ses abords, après trente ans de tergiversations. Mais les procédures et les travaux prendront encore de longues années.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Ecolo dans l’opposition, le gouvernement PS-CDH issu des élections de 2014 a rapidement relancé la réflexion sur les deux chaînons manquants du réseau (auto)routier wallon : la liaison Cerexhe-Heuseux-Beaufays autour de Liège et le projet E420-N5 au sud de Charleroi. Le second dossier a pris une longueur d’avance : jeudi, l’exécutif a annoncé un accord sur le tracé du futur axe entre Laneffe et le R3 de Charleroi.

Ce dossier végète depuis trente ans. Tous les projets envisagés pour désengorger la N5 entre Philippeville et Charleroi ont buté sur des difficultés techniques ou des susceptibilités locales. En charge de l’aménagement du territoire, le ministre Carlo Di Antonio (CDH) a réussi un véritable exploit : les bourgmestres de toutes les communes concernées (Walcourt, Ham-sur-Heure, Gerpinnes et Charleroi) acceptent le nouveau tracé et s’engagent à le défendre auprès des habitants. Le ministre-président Paul Magnette (PS) parle carrément d’accord historique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Hainaut

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs