L’ex-cycliste Rik Verbrugghe devient directeur sportif de l’équipe Bahrain-Merida

Edition numérique des abonnés

Consultant pour la RTBF mercredi lors du Grand-Prix de Wallonie, Rik Verbrugghe a annoncé sur antenne qu’il sera directeur sportif de l’équipe Bahrain-Merida en 2018. Il aura notamment sous ses ordres l’Italien Vincenzo Nibali, ancien vainqueur du Tour de France. Verbrugghe va donc reprendre du service après la fin de l’aventure IAM, qu’il a dirigée jusqu’en 2016.

«Team Barhain m’a contacté pour devenir directeur sportif et avoir aussi un rôle de manager sportif dans l’équipe», a-t-il déclaré. L’ancien coureur et la formation du WorldTour ont trouvé un accord pour une saison avec option. «C’est une équipe qui a beaucoup d’ambition. Mais après un an d’existence, la direction se rend compte qu’il y a quelques petits changements, quelques petits réglages à faire. Je suis donc content qu’on ait pensé à moi», a déclaré Verbrugghe à la RTBF.

«Nous sommes très heureux d’engager un directeur sportif avec cette expérience», a réagi le manager de Bahrain Merida Brent Copeland sur le site internet de l’équipe. «Ses années de carrière en tant que coureur puis en tant que directeur sportif et manager lui valent la reconnaissance de tout le monde. Il sait parler plusieurs langues et va amener un côté plus international à l’équipe. Nous sommes bien heureux de l’accueillir et avons hâte de débuter une nouvelle saison excitante.»

Le Liégeois avait lancé sa carrière professionnelle en tant que coureur en 1996 au sein de l’équipe Lotto où il officié jusque fin 2004 avant de passer un an dans les rangs de Quick-Step Energetic en 2005 et de terminer sa carrière chez Cofidis à l’issue du Tour de Lombardie en 2008.

Il est ensuite devenu directeur sportif chez Quick-Step en 2009 et 2010. Il a ensuite rejoint l’équipe américaine BMC en 2011 et 2012 avant de prendre en charge les espoirs de l’équipe BMC-Development en 2013-2014. Il est devenu manager général de l’équipe suisse IAM en 2015. Celle-ci a cessé d’exister à l’issue de la saison 2016.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les dirigeants européens ont observé une minute de silence en mémoire des victimes de la fusillade de Strasbourg, ce jeudi à l’ouverture du sommet de Bruxelles.

    Pour Charles Michel, Brexit et crise belge, même combat!

  2. Pour Rudi Vervoort, le ministre-président bruxellois, «
il est indispensable que nous ayons, entre partis, une vraie réflexion sur la gouvernance. Le citoyen attend de nous une cohérence dans la gestion de Bruxelles
». © Sylvain Piraux.

    Les Bruxellois ne veulent pas d’une fusion des communes

  3. © Belga

    Une performance historique des hockeyeurs belges

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Python

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévu, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite