Accueil Monde Europe

Turquie: Loup Bureau accusé d’être «membre d’un groupe terroriste» par le procureur

Le jeune journaliste doit être présenté à un juge dans les prochains jours. Il décidera de la poursuite ou non du procès.

Journaliste au service Web Temps de lecture: 2 min

Alors que Loup Bureau entame son 51e jour d’incarcération, ses avocats Martin Pradel et Rusen Aytac ont reçu l’acte d’accusation établi par le procureur de Sirnak contre le jeune journaliste indépendant et étudiant à l’Ihecs.

Dans cet acte d’accusation, le procureur de Sirnak estime que Loup Bureau est un « membre coupable des YPG, défini comme un groupe terroriste armé », selon Me Pradel, et avance comme preuves matérielles « la réalisation d’un reportage sur les combattants YPG » (diffusé en 2013 sur TV5 Monde), « la possession de photos de lui-même avec des combattants YPG », ainsi que la découverte de recherches effectuées dans le cadre de son reportage.

Le journaliste avait suivi des populations civiles kurdes ayant fait le choix de s’engager aux côtés de combattants du YPG pour lutter contre Daesh. Les YPG sont les unités combattantes du PYD, le parti politique kurde syrien, cousin du PKK, groupe armé kurde actif en Turquie, considéré comme « terroriste » par le gouvernement d’Ankara.

Me Pradel précise encore que le procureur considère l’interview d’un combattant, le son d’un chant ou le portrait d’un leader comme des preuves à charge. A aucun moment, le document n’indique que le jeune journaliste aurait manifesté une adhésion idéologique à une cause terroriste. Les preuves avancées suffisent à établir la culpabilité de Loup Bureau, pour le procureur.

Cet acte d’accusation clôt la première phase d’enquête et ouvre la perspective d’un procès, selon Martin Pradel. « Il fixe la position du Procureur sur le principe de culpabilité du mis en cause », précise-t-il sur Twitter. Dans les prochains jours, Loup Bureau doit être présenté à un juge, qui décidera de la poursuite ou non du procès.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Roland MARTIN, vendredi 15 septembre 2017, 15:09

    Le fait de se retrouver dans les geôles d'un pays gouverné par un dictateur parano manipulant la "justice" ne rendra pas facile la libération du journaliste emprisonné.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une