Coupe Davis: David Goffin se montre confiant avant le début de la demi-finale contre l’Australie

Edition numérique des abonnés

Un temps incertain pour cette demi-finale, David Goffin sera bien sur les courts à partir de vendredi. « Je suis disponible à 100 % pour la rencontre de ce week-end », a-t-il rassuré. « Je suis content de mon jeu et le physique suit. » En délicatesse avec son genou gauche depuis l’US Open, le Liégeois de 26 ans disputera, vendredi au Palais 12 de Bruxelles, la première rencontre de la demi-finale de la Coupe Davis contre l’Australien John Millman (ATP 185).

« Ma blessure a très bien évolué grâce au travail du staff médical. J’espère que demain, tout sera parfait », a ajouté le 12e joueur mondial. « Je n’ai pratiquement plus aucune douleur. » Toute la semaine, Goffin a bénéficié d’un encadrement spécial. En effet, un kinésithérapeute, un ostéopathe et un médecin étaient à sa disposition. « J’ai passé de nombreuses heures à être soigné afin d’être dans la meilleure forme possible pour cette rencontre. »

Le Belge a ensuite abordé son futur adversaire, John Millman, 28 ans. « Je l’ai vu jouer plusieurs fois mais je ne l’ai jamais affronté. Il est très physique et solide des deux côtés. Il aime bien jouer en cadence, je vais devoir essayer de le sortir de son schéma de jeu afin de le dérégler. Mais le plus important sera de me concentrer sur mes qualités. »

Le capitaine belge Johan Van Herck a été quelque peu surpris de voir Millman titulaire pour le match de vendredi. Ce dernier a été préféré à Thanasi Kokkinakis (ATP 213) dans la sélection de Lleyton Hewitt, le capitaine australien. « Je ne m’y attendais pas. Mais c’est un joueur assez solide, doté d’une mentalité exemplaire. »

Goffin, tout comme l’ensemble du staff belge, s’est montré satisfait de la qualité du terrain. « Il est plutôt lent mais de très bonne facture. Nous sommes très contents. Pour les Australiens, cela devrait être plus compliqué car ils ont plus l’habitude de jouer sur des surfaces rapides. On devra donc tenter de jouer dans des filières plus longues. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • A Abou Dhabi, Darcis va peaufiner sa préparation pour 2019.

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Steve Darcis à Abou Dhabi pour réussir son pari en 2019

  • Elise a déjà repris les entraînements à l’académie Kim Clijsters.

    Par Propos recueillis par Yves Simon

    Tennis

    Elise Mertens en vue de la saison 2019: «Je dois être plus sélective dans mes choix de tournois»

  • Yannick Noah a fait ses adieux au tennis de compétition.

    Par Yves Simon

    Coupe Davis - Fed Cup

    Coupe Davis: la fin de la saga Yannick Noah

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. INDIA FIELD HOCKEY WORLD CUP 2018

    Coupe du monde de hockey: un titre tellement beau et mérité pour les Red Lions

  2. marche contre Marrakech

    «Rats de gauches», «notre peuple d’abord»: des extrémistes flamands dérapent dans le quartier européen

  3. Le président de la COP24, le secrétaire d’Etat polonais Michal Kurtika, n’a pas caché sa joie à l’issue de la conférence. © AFP.

    Climat: la COP24 a fait le job technique, mais elle passe à côté des ambitions

Chroniques
  • Chroniques et chroniqueurs: à quoi servent-ils?

    Il est d’usage, en fin d’année, de faire des bilans et d’émettre des vœux. Voilà trois ans que je tiens cette chronique, laquelle est la 153e publiée sur le site du Soir ; l’occasion, pour une fois, de me conformer à l’usage…

    Pour être précis, j’ai commencé les chroniques dans les pages du Soir en 2002. Je peux déjà faire une double constatation : les sujets qui agitent l’actualité aujourd’hui étaient présents à l’époque (montée des extrêmes droites, du nationalisme, du repli identitaire, du populisme ; terrorisme islamiste et d’extrême droite ; défi climatique ; délitement de la démocratie représentative ; financiarisation outrancière du monde et soumission du politique à la finance) ; leur acuité n’a fait que se renforcer, parce que les réponses qui y ont été apportées ont été insuffisantes, inefficaces, voire absentes.

    Il n’y a, je pense, pas grand intérêt à publier des volumes de chroniques, car celles-ci sont le plus souvent ancrées dans une actualité singulière, quand bien même, à la différence d’un...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite