Accueil Monde France

La santé mentale de Salah Abdeslam inquiète les autorités françaises

Le seul survivant du commando terroriste du 13-Novembre montre des signes inquiétants de fragilité mentale. Pour le bien de l’enquête, ses conditions strictes d’enfermement sont légèrement assouplies.

Temps de lecture: 2 min

Salah Abdeslam, le seul survivant du commando terroriste qui a frappé Paris le 13 novembre 2015, a récemment bénéficié d’un assouplissement des conditions de sa détention à Fleury-Mérogis, révèle Le Parisien ce vendredi.

Le jeune Français, qui a longtemps vécu à Molenbeek-Saint-Jean, montre des signes « alarmants » de dégradation de sa santé mentale, selon le quotidien. Lesquels ? Prostration, paranoïa et irritabilité. Les juges d’instruction, le parquet de Paris et l’administration pénitentiaire française ont décidé en conséquence d’alléger quelque peu la surveillance du détenu. Pour le bien de l’enquête.

Abdeslam, détenu près de Paris depuis un an et demi environ, est le détenu le plus surveillé de France : filmé 24h/24, isolé de tous les autres prisonniers…

Considérant que les signes de dégradation de sa santé psychologique n’étaient pas feints, la Justice a consenti à relâcher la bride sur certains points :

 Le détenu peut rencontrer ses proches sans être séparé par une vitre. Mais seule sa famille proche peut le rencontrer et il est fouillé avant et après chaque visite.

 Le plexiglas qui bouche la fenêtre de sa cellule va être retiré. Le détenu pourra donc sentir l’air extérieur.

« Ses autres conditions de détention, draconiennes, restent inchangées », ajoute une source à la direction de l’administration pénitentiaire.

Salah Abdeslam sera jugé à Bruxelles avant la fin de l’année pour la fusillade de Forest du 15 mars 2016. On ignore si le prévenu – qui ne dispose plus de l’aide d’un avocat – se rendra à son procès.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 16 septembre 2017, 14:22

    Tout sauf un martyr.

  • Posté par Rebts Jean-Louis, vendredi 15 septembre 2017, 13:02

    Pauvre chou...

  • Posté par Thierry Graas, vendredi 15 septembre 2017, 11:41

    Pas de pitié pour ces individus, qu'ils restent à croupir le reste de leur vie misérable au fond d'une cellule, sans autre perspective de n'en sortir que les pieds devant. C'est tout ce qu'ils méritent, par rapport aux souffrances qu'ils ont infligées à des innocents.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une