Accueil Économie Consommation

Quand bien manger devient un sujet de discorde

L’alimentation, sujet de préoccupation et donc de débat et de disputes. Un jour, on va finir par s’étriper en parlant de nos repas. Et si bien manger devenait un problème ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

C ’est un sujet qu’on a du mal à éviter pendant les discussions à table. Autant, on peut s’abstenir de parler de politique et de religion, mais ne pas parler de bouffe pendant un repas… » Sylvain passe des heures dans sa cuisine, remplit des pages de recettes sur son blog, instagramme de temps à autre repas et trouvailles culinaires. Et se dit par moment rétif à aborder sa passion avec certains proches. « Sans gluten, sans viande, sans lactose, ... Parfois, ça tourne à l’obsession. Alors pour éviter de vexer, changeons de sujet. » Manger sain, manger bien, manger responsable, un sujet de friction ?

« J’ai régulièrement le droit à des petites piques, des blagues sarcastiques mais aussi plus simplement une volée de questions. Et surtout, mes interlocuteurs essayent de trouver la faille dans mes convictions. Mais j’essaye d’être dans un esprit d’apaisement », explique Robrechts, végan depuis quatre ans.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par stals jean, vendredi 15 septembre 2017, 21:27

    On ne peut pas aimer les bêtes et les manger en même temps qui dit le monsieur...OK peut de personnes en effet mangent leurs animaux dit de compagnie et beaucoup ne mangent pas non plus les poules de leur poulaillers surtout celles qui pondent un oeuf presque chaque jours ...Les animaux domestiques du moment qu'il passent une vie sans souffrance, sans stress, sans maltraitance, que ce soit une vache un cochon un mouton un lapin ou mille et une autres espèces, c'est surement ce qui peut leur arriver de mieux. une vache,exemple d'espèces entre mille autres, qui broute l'herbe verte de son pré ou le foin de son étable, n'a pas besoin d'être aimée, elle n'a d'ailleurs pas la structure mentale qui lui permettrait de penser à la manière des humains... la mode "végan" vient surtout des horreurs que l'on fait subir aux animaux de leur vivant et cela jusqu'à l'ultime instant de leur mort cérébrale. Ces horreurs insoutenables tout azimut sur les souffrances animales médiatisées jusqu'à la nausée, induisent de plus en plus souvent une haine des tortionnaires que l'on voudrait tellement voir au minimum traduit en justice. Faut-il pour autant devenir dans ce domaine la aussi des extrémistes qui comme tous les extrémistes passent leur vie à pourrir celles des autres...

  • Posté par Arnould Philippe, vendredi 15 septembre 2017, 20:04

    Quand manger un steak deviendra un acte révolutionnaire…

Aussi en Consommation

Grève dans plusieurs supermarchés ce samedi: le point sur la situation

Le basculement de 51 magasins Mestdagh vers un régime de franchises suscite une vive grogne sociale depuis plusieurs semaines. Les travailleurs concernés demandent en effet des garanties à la direction quant à leurs conditions de travail après la reprise par le groupe français Intermarché.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs