Accueil

Les faits

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 1 min

Jacqueline Galant (MR), ministre fédérale de la Mobilité en poste depuis un an, s’est retrouvée, ces derniers jours, au cœur de la polémique. En cause : elle aurait imposé à son administration de travailler avec le cabinet d’avocats Clifford-Chance, impliqué pour un montant de 500.000 euros d’honoraires dans une mission ayant trait au contrôle aérien, ce qui aurait dû donner lieu à un marché public… Pour sa défense, Galant montre du doigt son cabinet. Une attitude qui déplaît et une explication qui ne convainc pas : des mails ressortis par Ecolo rendent plus que faiblards ses arguments. « L’affaire Galant » déchaîne l’opposition qui attendait de pied ferme les explications du chef de gouvernement au parlement ce jeudi. Charles Michel essaie de rassurer, de recontextualiser les faits, jugeant Galant « imprudente ». Suffisant ? Sans doute pas.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs