Accueil Société Régions Bruxelles

Céline Fremault s’oppose à la réintégration de Pascale Peraïta au Samusocial

L’administratrice-déléguée de l’ASBL ne devrait pas non plus toucher d’indemnités de départ, selon la ministre bruxelloise.

Temps de lecture: 1 min

Non, Pascale Peraïta ne récupérera pas son poste de directrice du Samusoscial. Dans un entretien accordé à nos confrères de La Capitale, Céline Fremault indique s’opposer à son retour.

Rappel des faits : Pascale Peraïta a informé dernièrement le conseil d’administration de son intention de mettre fin à son congé sans solde en tant que directrice du Samusocial. C’est ce qui est prévu dans sa convention de congé sans solde : si son mandat d’administratrice déléguée prend fin (comme ce sera le cas lors de la prochaine assemblée générale), elle redevient automatiquement directrice. Selon nos informations, ce courrier était une étape préalable à la réclamation, par Pascale Peraïta, d’indemnités de départ.

Hors de question pour Céline Fremault ! Elle indique à Sudpresse qu’elle n’accédera pas à cette demande de mettre fin à son congé sans solde. La ministre CDH souligne que le parquet a ouvert une information judiciaire et qu’il y aura sans doute matière à procéder à un licenciement pour faute grave. Autrement dit : sans indemnités de départ.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Debaix Marie-jeanne , samedi 16 septembre 2017, 10:30

    Et de dominique Drion, elle en pense quoi la Céline ?

  • Posté par Christian Radoux, dimanche 17 septembre 2017, 2:09

    La question a été posée à André Antoine lors du débat à la RTBF. Il n'a pas répondu, noyant les journalistes sous un déluge de diversions. On peut parier que l'exclusion du "déontologue" Drion l'amènerait à de funestes révélations sur les grands moralistes du CDH et que l'omerta a pour condition nécessaire de bien le ménager.

  • Posté par Fuld Daniel, samedi 16 septembre 2017, 10:11

    Si éthiquement, je ne peux qu'approuver la position de Mme Fremault, il s'agit quand même de vérifier l'aspect juridique des choses. Je ne souhaiterais pas que l'on se trouve devant un supplément de frais résultant d'une mauvaise interprétation des obligations contractuelles. J'avoue que cela, en ce qui me concerne, ajouterais encore des aigreurs aux aigreurs existantes !

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 16 septembre 2017, 11:44

    Tout en imaginant que les délais de licenciement pour "faute grave" ne sont pas largement dépassés. Les infos en possession de l'employeur ne datent pas d'hier, loin s'en faut !!!

  • Posté par Guy Bartet, samedi 16 septembre 2017, 10:51

    En effet car la faute grave, elle l'a commise en tant qu'administratrice et non en tant que directrice générale. Ça me paraît trop facile à contester.

Sur le même sujet

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo