Accueil Société Régions Brabant wallon

Le street art est en marche

Une trentaine de fresques composent le parcours « Street Art » bruxellois. L’ULB en est une nouvelle étape.

Journaliste au service Bruxelles Temps de lecture: 3 min

De la couleur, des formes végétales qui s’envolent le long du bâtiment H de l’ULB, le long de l’avenue Franklin Roosevelt, telle est la nouvelle fresque du parcours Street Art de la Ville de Bruxelles. L’artiste italien Gola Hundun a gagné l’appel d’offres lancé en mai dernier par l’ULB et l’échevine de la culture de la Ville de Bruxelles, Karine Lalieux (PS). Son œuvre de 650 m² redonne un petit coup de jeune à ce bâtiment de la faculté de droit dont le style architectural était un peu dépassé.

« Nous sommes très heureux de cette collaboration avec la Ville de Bruxelles, explique Yvon Englert, recteur de l’ULB. Ce fut un projet réellement participatif puisque 2.000 personnes ont pu voter pour choisir cet artiste. Et nous sommes ravis d’être un peu plus reliés à la Ville de Bruxelles. »

En 2012, Karine Lalieux décide de mettre en avant le street art en offrant des surfaces à ses artistes. « Il faut faire sortir la culture, la mêler à l’espace public, précise-t-elle. Et il faut aussi reconnaître le talent de ces personnes en les rémunérant. Ce n’est pas suffisant de leur laisser un mur pour s’exprimer.  Depuis mon appel lancé aux propriétaires de murs, les œuvres se multiplient sur des institutions publiques comme la CSC, l’institut Anneesens-Funck ou bientôt le parquet du procureur du Roi. »

Pendant longtemps le street art était assimilé à la malpropreté ou à du vandalisme. Aujourd’hui, il est un moyen d’expression à part entière, de plus en plus apprécié par toutes les tranches d’âge. Au départ, ce sont surtout les artistes bruxellois puis belges qui ont été sollicités pour mettre en couleurs les murs de la ville. Aujourd’hui, les étrangers se pressent pour répondre aux appels de la Ville. « Bruxelles est une capitale qui bouge et qui a une très bonne réputation dans le milieu de l’art urbain, ajoute Karine Lalieux. C’est un espace prestigieux pour eux et nous voulons aussi mettre en avant d’autres disciplines, comme les différentes danses urbaines ou la sculpture. »

Aujourd’hui, une trentaine d’œuvres recouvrent les murs de la ville de Bruxelles. Actuellement, le service culture travaille sur un gros projet. « Le parquet nous a demandé d’imaginer une fresque, explique Emmanuel Angeli, collaborateur au cabinet de Karine Lalieux. C’est un très grand projet avec une surface différente puisque les artistes devront habiller 16 colonnes. C’est une nouvelle surface qui va certainement en titiller plus d’un. »

Tout comme les murs avec les personnages de BD, le street art peut devenir un atout touristique. D’ici la fin de l’année, la Ville compte lancer une application reprenant les œuvres officielles mais également les spontanées, comme celles de Bonom. Elle proposera des promenades de durée différente ainsi que des petites explications sur les œuvres et les artistes.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Brabant wallon

Les 24h vélo de Louvain-la-Neuve sont annulées

Le CSE Animations a indiqué des difficultés d’organisations pour l’édition reportée en mars 2022 ainsi que pour le prochain événement quelques mois plus tard seulement. La prochaine édition se tiendra donc en octobre 2022.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo