«Foutaises», «baratin»: De Wever répond à Beke après ses critiques sur la N-VA

© Belga
© Belga

Lors du congrès de la N-VA ce dimanche, Bart De Wever n’a pas manqué de répondre à Wouter Beke, le président du CD&V, qui a fortement critiqué la N-VA la semaine dernière.

Des critiques répétées

Dans l’émission « De zevende dag », Wouter Beke a particulièrement critiqué Theo Francken, secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, et ses tweets sur les actions au parc Maximilien, estimant que « ce genre de nettoyage » n’était pas « la nouvelle normalité » pour lui (reprenant le terme «opkuizen» utilisé par Francken dans un tweet), avant d’en remettre une couche ce samedi dans le Nieuwsblad. « En 2014, la N-VA a gagné en siphonnant (les voix du) Vlaams Belang, et à présent, (ses membres) font tout par leur langage pour conserver ces électeurs-là », a-t-il déclaré.

Des déclarations qui ont, semble-t-il, énervé le président de la N-VA. « Ce sont des inepties. Les élections approchent et tout le monde doit vendre le baratin qu’il veut. Je sais pourquoi nous nous battons. Nous nous battons pour une Flandre ouverte, une Flandre inclusive », a-t-il répondu, avant d’ajouter que le discours de Beke était « un coup bas » et « une foutaise absolue ».

« Une Flandre inclusive »

De Wever a pour cela mis en avant des exemples de cette société ouverte et inclusive prônée par son parti. « Nous avons nommé Zuhal Demir (d’origine turque, ndlr) au sein du gouvernement. Nous avons eu le premier bourgmestre d’origine marocaine (Nadia Sminate à Londerzeel, ndlr). Et au sein de mon collège communal, j’ai également quelqu’un d’origine marocaine (Nabilla Ait Daoud, ndlr)  », a-t-il avancé.

« Nous prouvons que l’histoire d’une communauté dans laquelle nous pouvons offrir des chances à tout le monde est une histoire vraie et juste », a conclu De Wever.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Politique|Bart De Wever
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©EPA

    Crise gouvernementale: l’orange bleue attendue au tournant au Parlement

  2. belgaimage-142946510-full

    Carte blanche: face à la crise gouvernementale, un indispensable vote de confiance

  3. ©Photonews

    Coupe du monde de hockey: les Red Lions en quarts de finale avec la manière

Chroniques
  • Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

    Les gilets jaunes forment un phénomène inédit, typiquement contemporain. Ce phénomène possède plusieurs couches de signification, qui ne sont pas seulement politiques et sociales : on pourrait également l’aborder sous l’angle de l’individualisme qui travaille notre société. Mais on peut aussi y voir un écho de voix plus anciennes, en particulier celle de Rousseau. Les gilets jaunes rejouent à leur manière le Contrat social, ce qui n’est pas un hasard puisque Rousseau, théoricien radical de la démocratie, était aussi un grand individualiste.

    Tout commence par une redécouverte, celle de la faille du système représentatif, formulée par Rousseau dans des termes cinglants à l’encontre du prototype de la démocratie parlementaire : «  Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.  »...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: y en a encore, je vous en remets?

    La crise politique belge n’en finit plus de continuer, elle est incompréhensible, surréaliste et dangereuse. Ce n’est pas que les citoyens soient en colère, c’est peut-être pire : ils ont décroché, ils ne suivent plus. Ils laissent le paquebot des « gouvernement, demi-gouvernement, gouvernement minoritaire, gouvernement en affaires courantes, gouvernement suédois, gouvernement orange bleue, gouvernement légitime, gouvernement non démocratique… » voguer dans ce monde désormais parallèle, cette bulle qui s’appelle la « ...

    Lire la suite