Pont-à-Celles: Igretec vient de passer un marché pilote d’éco-pâturage

Dans cet article
Les premiers moutons ont débarqué ce lundi à la station d’épuration de Viesville. © D.A.
Les premiers moutons ont débarqué ce lundi à la station d’épuration de Viesville. © D.A. - D.A.

Des moutons qui se substituent aux hommes et aux herbicides : c’est la réponse du… berger aux défis urbains de gestion de l’environnement.

A Charleroi Sud Hainaut, l’intercommunale Igretec vient de passer un marché public pilote pour ses sites de traitement d’eaux usées. Il s’agit d’un marché d’éco-pâturage, qui consiste à recourir à des herbivores. Un éleveur de Farciennes, la société Ecopâture, a été désigné pour une durée de quatre ans : les premiers moutons ont débarqué ce lundi à la station d’épuration de Viesville (Pont-à-Celles) au nord du réseau. Il est prévu d’en installer ensuite dans neuf autres lieux d’exploitation, jusqu’à Baileux près de Chimay à l’extrême sud.

Comme l’explique le responsable environnement de l’intercommunale Guillaume Michiels, cela représente trois hectares de superficie. « L’opération est soumise à une phase de test », complète Laetitia Dinaut, qui a participé à l’élaboration du cahier de charges. « Des évaluations régulières sont prévues, dont une dans six mois. Si les objectifs fixés sont rencontrés, l’expérience sera poursuivie. »

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en application de l’arrêté wallon du 5 septembre 2013 qui interdit l’usage de pesticides sur des terrains publics à partir de 2019. « Nous n’avons pas attendu l’échéance pour mettre en œuvre des solutions alternatives, poursuit Guillaume Michiels. Dès 2014, plusieurs sites d’Igretec ont fait l’objet de mesures de gestion respectueuses de l’environnement : fauchage tardif, utilisation de plantes couvrantes comme le millepertuis pour protéger les merlons, zones de biodiversité… L’éco-pâturage constitue une étape supplémentaire : il permet de limiter ou de stopper le développement de certaines espèces de plantes invasives, réduit les coûts d’entretien des abords notamment sur des terrains difficilement accessibles aux machines, diminue l’impact environnemental de la gestion (pas de déchets, fertilisation naturelle du sol). »

Compte tenu des frais liés à l’installation des équipements nécessaires et des soins à apporter aux animaux, le seuil rentabilité peut être atteint en deux années.

Le projet présente enfin un intérêt social, la présence du bétail étant souvent appréciée par le voisinage. Le marché public engage l’intercommunale à fournir les terrains, l’eau et l’électricité. « De notre côté, nous prenons en charge le placement des clôtures et des abris hivernaux », indique Adriano Di Marzo de l’entreprise Ecopature. Avant de répondre à l’appel d’offres d’Igretec, cette dernière avait passé des accords avec le fournisseur d’électricité Elia. « Nous entretenions une de ses parcelles dans la région de Couvin. »

Cinquante têtes

Par Didier Albin

Sélection d’espèces

Ce sont des espèces ovines parfaitement adaptées à l’éco-pâturage qui ont été sélectionnées : « les Skudde et les Ouessant sont plus résistants aux maladies, aux parasites et aux mauvaises conditions climatiques. Il s’agit de moutons de petit gabarit, atteignant une quarantaine de kilos. » Le fait que les domaines soient clôturés et sous surveillance réduit le risque de vols et d’intrusions. Un troupeau d’une cinquantaine de têtes sera réparti sur les 10 sites, en tenant compte de leurs spécificités. « L’objectif étant l’entretien des espaces verts, les animaux ne doivent pas être nourris. Un complément alimentaire en foin leur sera apporté si la végétation vient à manquer. »

Sur le même sujet
EnvironnementTraitements
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite