Accueil Marché de l’art

Le Sablon à l’heure française

Cette année, Brussels Art Square a choisi la France comme invitée d’honneur. L’occasion pour les galeries bruxelloises de convier leurs homologues français. Focus sur l’unique trio de cette édition : celui des Desmet-Bailly-Hayem

Temps de lecture: 3 min

Comme chaque année à pareille époque, le Sablon va endosser le statut de capitale européenne du marché de l’art et des antiquités, ces 22, 23 et 24 septembre 2017. Pendant ces trois jours, une cinquantaine d’adresses – galeries d’art et d’antiquités ainsi que maisons de ventes – seront accessibles à tous. Spécialistes, amateurs ou simples curieux, c’est le tout public qui est invité à pousser la porte d’une ou de plusieurs galeries !

Tiercé franco-belge

« L’idée, explique Tobias Desmet de la galerie éponyme, est d’offrir l’opportunité à tout le monde, même ceux qui ne sont coutumiers ni des lieux ni du milieu, de visiter une galerie et d’y être accueillis dans les meilleures conditions (…) Nous arrangeons notre galerie spécialement pour l’occasion. Il y aura une mise en espace particulière avec des fleurs, un verre à partager et surtout nos objets présentés avec ceux de nos homologues français, François Hayem et Charly Bailly. »

La taille et la configuration de l’hôtel de maître XIXe occupé par la galerie familiale mais aussi leur souhait d’ouverture, permet d’y aménager une exposition à trois orientations. Les antiquités dites classiques pour les Desmet (avec des pièces étrusques ou romaines aussi bien que des bronzes florentins, des terres cuites flamandes ou des statues néoclassiques), la peinture moderne et contemporaine de la Galerie Bailly (de Bonnart à Clerc en passant par Fontana) et les arts décoratifs français du XVIIIe siècle de François Hayem.

Ce mélange des genres et des époques renvoie au profil du collectionneur tel qu’il se rencontre de plus en plus souvent aujourd’hui. « Les personnes qui achètent une sculpture classique en marbre choisiront d’autres pièces à mettre aux murs ou sur leurs meubles qui ne seront pas forcément de la même époque, ni du même style. Un peu comme nous faisons dans notre galerie où les sculptures classiques dominent mais avec des cimaises occupées tantôt par des estampes tantôt par des peintures (comme l’impressionnant trompe-l’œil de Biltius Jacobus, 1665) en fonction de la thématique développée. Notre ligne de conduite se rattache à celle du collectionneur du XIXe siècle, dans l’esprit du “Grand Tour”. »

Lors des portes ouvertes de septembre, les galeries invitées montrent un échantillon de ce qu’ils ont chez eux (8/10 pièces) dans une galerie qui conserve son propre caractère.

L’objectif de cette initiative belge, qui ne semble pas s’être exportée, est d’organiser un événement festif autour de l’art et des antiquités, « qui est en même temps un geste de collégialité par rapport à nos amis français, à notre public belge et qui soit une sorte d’extra en termes d’ambiance et de plus-value ».

D’abord le Royaume-Uni

Le concept a été lancé en 2014 avec comme premier invité le Royaume-Uni. L’Espagne et l’Italie ont précédé la France, hôte de cette rentrée et représentée par les galeries Alexis Bordes, Chastel Maréchal, Monluc, Marie Haour, Xavier Eeckhout, Philippe Vichot, Valérie Levesque, Mermoz, Mingei ou Alexis Renard. Chacune se logera dans une galerie du Sablon dans une optique de symbiose, de différence ou complémentarité. Ainsi, note-t-on Mingei Japanese Arts chez Kitsune, spécialiste de l’art japonais ayant pignon sur la rue des Minimes tandis que la galerie d’art moderne et XIXe de Kugel-Uzal accueille les pièces islamiques et indiennes d’Alexis Renard. Autant de binômes à découvrir pour ce one-shot qui compte également une trentaine de solos. De Jean-Pierre Alaerts à Yesterday-Knuts en prenant l’ordre alphabétique. Bon grand tour façon troisième millénaire !

Infos : www.brusselsartsquare.com

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Marché de l’art

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une