Accueil Société Régions Bruxelles

Parlement bruxellois: De Wolf invite le CDH et Défi à rejeter la motion de confiance

Le chef du groupe MR du parlement bruxellois estime que la majorité bruxelloise est moribonde et voter la confiance serait « cautionner les pratiques socialistes ».

Temps de lecture: 2 min

A la veille du vote sur la motion de confiance déposée par le gouvernement régional, à l’initiative de Rudi Vervoort, le chef du groupe MR du parlement bruxellois Vincent De Wolf a invité mardi le CDH et Défi à «  saisir l’occasion majeure d’assainir la vie politique bruxelloise ».

À lire aussi Edito | La rentrée parlementaire bruxelloise ou comment ajouter du chaos au chaos

Pour lui, la majorité bruxelloise est moribonde et voter la confiance, «  c’est cautionner les pratiques socialistes ». «  Depuis le début de la législature, le gouvernement bruxellois n’a eu de cesse de créer de nouveaux organismes d’intérêt public, de nouvelles administrations, de nouveaux mandats à pourvoir. Tant qu’il a pu, il a multiplié les nominations politiques, complétant la toile socialiste présente à la tête de presque chaque structure régionale », s’est insurgé le chef de groupe MR, dans un communiqué diffusé mardi après-midi.

Des attitudes « incompréhensible et incohérente »

Pour le chef du groupe MR, l’attitude du CDH est «  totalement incompréhensible et incohérente ». «  Ce matin, Benoît Cerexhe s’exprimait sur les ondes de Bel RTL et se disait clairement déçu sur tous les sujets : mobilité, les allocations familiales, gouvernance. Sur la gouvernance, Benoît Cerexhe indiquait d’ailleurs que le ministre-président parlait d’éthique, de morale et de transparence mais qu’au-delà des mots, il attendait des faits. Monsieur Cerexhe et sa formation politique doivent rester cohérents et assumer l’appel de leur président formulé le 19 juin en refusant la confiance au gouvernement bruxellois », a-t-il insisté.

À lire aussi Ce que le CDH propose pour réformer la gouvernance à Bruxelles

Même appel en direction de Défi dont il juge «  l’attitude également totalement incompréhensible et incohérente ». Pour Vincent De Wolf, ce parti s’est présenté durant tout l’été comme «  le chevalier blanc irréprochable » mais en «  maintenant artificiellement en vie le parti socialiste à Bruxelles, il cautionne, par son silence, des pratiques qui ont permis au PS d’accaparer la quasi-totalité des postes de direction des administrations régionales et para-régionales. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Présiaux Françoise, mardi 19 septembre 2017, 18:54

    Les chevaliers blancs sortent de l'ombre..... Vincent Dewolf.....22 mandats !

  • Posté par A.q.t.e. , mardi 19 septembre 2017, 17:26

    Kubla, De Decker ... arrivent pour les leçons d'éthique ...

  • Posté par Nicolay Jean-marie , mardi 19 septembre 2017, 17:30

    Et lui pour le cumul des mandats. Voir Cumuleo...

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo