Accueil La Une Culture

Jeff Mills : «Je me plonge dans le film»

Le pionnier de la techno Jeff Mills est un habitué des UFA Film Nights. Après avoir fait la bande-son de Metropolis, il fera celle de Paris qui dort de René Clair à Bozar. Rencontre à Berlin.

Article réservé aux abonnés
Journaliste aux services Culture et Médias Temps de lecture: 2 min

Vous aviez déjà habillé musicalement « Metropolis » en 2000. Quelle différence y a-t-il avec cette nouvelle partition ?

C’est une partition tout à fait nouvelle, indépendante de la première. Il y a de nombreuses scènes dans cette version restaurée du film. En tout, j’ai composé près de 200 tracks, soit neuf heures de musique. J’en ai gardé cinquante-six. J’ai regardé le film un nombre incalculable de fois, je composais devant les images, puis sans, à tel point que je connais le film par cœur. C’est le même processus pour « Paris qui dort ».

Durant le concert, avez-vous de l’espace pour improviser ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs