Accueil Société Régions Bruxelles

Vinc Bee, le champion du monde belge de course... de drones

Ce week-end, le « Brussels drone e-show » mettra ces engins volants à l’honneur au Mont des Arts. Entretien avec le champion du monde belge, Vincent Delcommene.

Entretien - Journaliste au service Sports Temps de lecture: 2 min

Le champion du monde de courses de drones est belge. Vincent Delcommene (39 ans) – alias Vinc Bee – sera l’incontournable tête d’affiche du « Brussels drone e-show », ce week-end au Mont des Arts. Nous l’avons rencontré.

Vincent, comment êtes-vous arrivé aux courses de drones ?

Par accident ! Littéralement : alors que je roulais à moto, un automobiliste m’a broyé un pied et brisé une main. Longuement immobilisé, j’ai tué le temps sur internet, où je suis tombé sur « Crash Session », un film culte dans le monde du drone. Une sorte de Star Wars tourné dans les bois ; ça m’a plu…

A l’été 95, le drone n’était pas encore très en vogue en Belgique ?

Ni plus ni moins qu’ailleurs. Infographiste de formation, spécialisé en 3D, je suis un autodidacte complet en matière de drones. J’ai pioché dans les forums, potassé mon anglais, refait des bases en électronique pour enfin monter mon drone, ce qui a pris 4 mois !

Un long chemin avant d’enfin voler…

Oui, mais pas longtemps. En moyenne, je volais 2 secondes, et je réparais pendant des heures ! Aujourd’hui, la moyenne est d’une heure de vol pour 3 heures de réparations et de réglages…

Et la compétition ?

Elle a commencé fin 2015, où je me suis tout de suite hissé devant les meilleurs Belges et Hollandais. Un peu sur un coup de tête, je me suis ensuite retrouvé à Dubaï, pour une première compétition internationale. En marge d’une 7e place finale, c’est là que je suis né car c’est là que je me suis fait connaître dans le milieu. Puis, cela s’est enchaîné. Et en 2016, j’ai été sacré champion du monde par la Fédération aéronautique internationale (FAI).

Quelles sont les qualités requises pour voler ?

Une grande concentration et une très bonne vision, mais pas seulement. Ce sport est assez physique : on monte généralement à 180 pulsations par minute pendant les courses ! Et puis le stress est permanent car la hantise, c’est le crash. Les dégâts se chiffrent vite en centaines d’euros, c’est stressant.

Et le public parviendra-t-il

à suivre ?

Ce sport vient de naître. On est encore dans une phase expérimentale. Mais les codes couleurs attribuées à chaque équipe, complétés par un écran géant et de bons commentaires, devraient faire l’affaire. En tout cas, je peux vous dire que c’est très spectaculaire !

De gros moustiques qui volent à 140 km/h

Journaliste au service Sports Temps de lecture: 2 min

Le phénomène est en marche, ou plutôt en vol. En Belgique, comme partout dans le monde (les premières compétitions ont vu le jour aux Etats-Unis), le drone a le vent en poupe.

Capables de croiser à 140 km/h ou de monter à 100 mètres de hauteur en une seconde, ces gros moustiques seront visibles ce week-end au Mont des Arts, dans le cadre de la Nuit des sports, qui fera également la part belle au jogging (8 km de nuit), à la boxe (un combat prévu sur le piétonnier, devant la Bourse) et à une foultitude d’autres activités.

La course de drones sera la troisième étape de la Drone Champions League. Le rendez-vous parisien avait réuni plus de… 180.000 personnes sur les Champs-Elysées ! Une quarantaine de « grands enfants », le visage enfermé dans de grosses lunettes munies d’écrans qui relaient les images que filme le drone, guideront leurs engins dans une cage destinée à protéger les spectateurs.

Essais libres, qualifications, courses par équipes : la comparaison à un Grand Prix de Formule 1 sera permanente en raison des vitesses atteintes par ces engins, ainsi que l’intensité des débats que le public pourra également suivre sur un écran géant qui relaiera les images « in-board ». Et que ceux qui ont apprécié le départ du récent GP de Singapour se rassurent : quelques crashs spectaculaires sont souvent au programme également…

Des initiations avec des drones « Star Wars » seront proposées au public, alors que les fans d’e-gaming assisteront également à une série de compétitions et de démonstrations de foot sur consoles de jeux. Le jeu FIFA 18 sera également mis à la disposition des fanas du ballon rond. Il y en aura donc pour tous les goûts.

Toutes ces compétitions se dérouleront samedi 23 (de 8 à 23h00) et dimanche 24 septembre (de 9 à 17h00). L’entrée est gratuite.

Infos : www.brusselsdroneshow.com

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo