Brigitte Aubert sera la première femme à diriger Mouscron

Brigitte Aubert prendra la succession d’Alfred Gadenne lors d’un conseil communal extraordinaire prévu le 2 octobre prochain. © Bernard Libert.
Brigitte Aubert prendra la succession d’Alfred Gadenne lors d’un conseil communal extraordinaire prévu le 2 octobre prochain. © Bernard Libert. - Bernard Libert

Les Mouscronnois commencent à peine à sécher leurs larmes qu’en coulisses, il faut déjà penser à la succession d’Alfred Gadenne, décédé dans des circonstances tragiques lundi dernier. La vie est ainsi faite, un être part et une autre personne prend sa place. Après avoir attendu jusqu’aux funérailles, par respect pour Alfred Gadenne et sa famille, les élus politiques ont multiplié les réunions pour savoir qui prendrait le fauteuil mayoral.

Par la force des choses, mais aussi par son nombre de voix récoltées aux communales en 2012, tous les regards étaient portés vers Brigitte Aubert. L’actuelle échevine endossera donc le costume de bourgmestre lors d’un conseil communal extraordinaire prévu le 2 octobre prochain et deviendra ainsi la première femme à diriger la cité des Hurlus. « Je n’avais pas vraiment le choix, mais je vais mettre toutes mes forces pour être à la hauteur. J’aurais bien évidemment préféré que ce soit dans d’autres circonstances. De plus, je n’ai qu’un an et ce ne sera pas simple. Heureusement, toute l’équipe est soudée. On relèvera la tête ensemble », a-t-elle assuré.

L’actuelle échevine sait l’importance de ce rôle et a assuré qu’elle allait continuer dans la même lignée que son prédécesseur. « Avec toujours cette proximité envers les personnes les plus démunies de notre ville. » Elle a également décidé de mettre certaines de ses compétences, l’urbanisme et les travaux publics, de côté pour se consacrer à la lourde tâche qui l’attend. Elle gardera toutefois les affaires sociales.

L’autre point d’interrogation était de savoir si le collège allait décider d’envoyer un nouvel échevin ou si les élus allaient se répartir les compétences d’Alfred Gadenne jusqu’aux communales en octobre 2018. « On a décidé que Laurent Harduin deviendrait échevin bien que des compétences du bourgmestre seront redistribuées entre certains d’entre nous. »

Tous ces changements ont été présentés aux élus CDH, conseillers et membres du parti humaniste à l’hôtel de ville ce mardi soir. « On a essayé de trouver les meilleures solutions pour que cette année de transition se passe pour le mieux tout en respectant les souhaits d’Alfred », a souligné Brigitte Aubert.

Laurent Harduin a été reçu lundi soir avec Pierre Deblocq, qui était aussi en lice pour devenir échevin. Ce dernier a décidé de décliner l’offre, laissant ainsi sa place à celui que l’on connaît désormais. Laurent Harduin devient donc échevin de la population, de l’état civil et de l’informatique. C’est également lui qui reprendra la place d’Alfred Gadenne au pôle développement commercial et innovation. « Cette nomination a un goût un peu bizarre, surtout quand on sait ce qui a provoqué tout ce chamboulement. Toutefois, la vie continue et il faut aller de l’avant. Je suis malgré tout honoré d’être là et je compte profiter de cette expérience pour apprendre au maximum », a déclaré celui qui intégrera le collège communal de Mouscron à partir du 2 octobre prochain.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bart De Wever, président de la N-VA et Charles Michel restent en opposition sur le pacte migratoire.

    Pourquoi Bart De Wever s’obstine à dénoncer le pacte migratoire

  2. Un «
cerveau de la combine
»
: ainsi Carlos Ghosn a été qualifié par Hiroto Saikawa, l’actuel directeur général de Nissan.

    Ghosn sur un siège éjectable aussi chez Renault

  3. «
Nous discuterons de tout cela au sein du gouvernement jeudi et vendredi probablement, il est préférable sans doute de ne pas laisser traîner les choses.
»

    Kris Peeters (CD&V) sur le pacte migratoire: «Je soutiens totalement Charles Michel»

Chroniques
  • Quel sera le nouveau mot de l’année?

    Quel sera le « nouveau mot de l’année » 2018 ? L’an dernier, c’est « Fake news » qui avait emporté les suffrages des lecteurs du Soir. Lequel lui succédera ?

    Pas de changement pour ce quatrième millésime de l’opération menée par Le Soir et l’UCL. La formule reste la même. Et l’objectif aussi : il s’agit toujours, en s’appuyant sur les propositions du grand public, de faire émerger le mot ou la locution qui a connu une diffusion significative en 2018 et que l’on ne trouve pas encore dans l’édition la plus récente des dictionnaires usuels du français tels que le Petit Robert ou le Larousse.

    Concrètement : la première phase est lancée ce mercredi. Il s’agit de recueillir les propositions des lecteurs du Soir via notre site internet. C’est important : le mot ou la locution que vous soumettrez doit être accompagné d’une (courte) définition. Il est possible de soumettre des propositions de néologismes jusqu’au 30 novembre.

    En...

    Lire la suite

  • La Belgique doit approuver le pacte migratoire

    Vous approuvez le pacte migratoire, ou vous partez. Il nous revient que le Premier ministre, Charles Michel, a décidé d’opter pour la plus grande fermeté avec la N-VA concernant cet accord international, qui doit baliser les grands principes de coopération entre Etats du monde s’agissant de la migration.

    Après des mois de contorsions de la Belgique sur des principes humains aussi essentiels que l’interdiction d’enfermement des enfants ou la protection des demandeurs d’asile contre les traitements...

    Lire la suite