Les pilotes de Ryanair rejettent le bonus proposé et lancent un ultimatum à la direction

© Reuters
© Reuters

Les représentants des pilotes de 17 bases européennes de Ryanair, dont Bruxelles-Zaventem et Charleroi, ont envoyé une lettre à la direction de Ryanair, que Le Soir a pu consulter, dans laquelle ils rejettent la proposition de Ryanair de renoncer à 10 jours de congé contre un bonus de 6.000 à 12.000 euros et de rester au sein de la compagnie encore au moins un an.

Les pilotes exigent également un changement radical de leurs conditions de travail : non seulement les pilotes demandent des contrats locaux, respectant les lois et les droits du pays où ils travaillent (et non plus la législation irlandaise, comme c’est le cas actuellement) mais ils veulent une réponse positive d’ici vendredi à 10h. Si ces exigences sont respectées, les pilotes s’engagent à soutenir les tentatives de Ryanair pour minimiser les annulations.

Selon La Libre Belgique, des actions pourraient être menées en cas de refus. Une des idées serait que les pilotes appliquent à la lettre les termes de leurs contrats (work to rule). Certaines tâches ne seraient ainsi plus exécutées, comme celles de travailler durant leurs jours de congé ou d’arriver plus tôt que l’heure prévue par leur contrat. Ce qui provoquerait des perturbations de vols pour la compagnie. Sollicitée par Belga, Ryanair n’était pas en mesure de confirmer cette information.

Sur le même sujet
Relations du travail
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  2. @News

  3. PHOTONEWS_10852191-011

    Coronavirus: que faire si l’on a des symptômes?

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite