Accueil Monde Afrique

Les municipales reportées en Tunisie: un mauvais signal

Attendues depuis la révolution de 2011, les élections municipales n’auront pas lieu en décembre. Plusieurs partis politiques et d’abord celui du président Essebsi ne sont pas prêts à affronter l’échéance.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

C’était dans l’air à Tunis : les élections municipales, les premières depuis la révolution de 2011 qui a mis fin à la dictature Ben Ali, n’auront pas lieu le 17 décembre comme prévu. L’Isie, l’instance chargée d’organiser les consultations électorales qui se disait pourtant prête à tenir le délai imparti, l’a annoncé après une réunion avec les partis politiques qui, dans leur majorité, ont demandé le report des municipales en raison de leur impréparation. Aucune date alternative n’a été arrêtée, même si celle du 25 mars 2018 a été suggérée. Des ONG de la société civile ont marqué leur déception.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs