Peeters veut un nouveau plan d’action contre le piratage de films et de musique

© AFP
© AFP

Le ministre de l’Economie, Kris Peeters (CD&V), veut créer un nouveau service au SPF Économie, écrit De Standaard : le service de lutte contre les infractions sur internet. Ce service permettra de mieux protéger les droits d’auteurs en contrant les téléchargements illégaux.

Peeters souhaite accélérer l’interdiction d’accès des sites de fichiers illégaux. La proposition du ministre vise à centraliser les plaintes vers le tribunal de commerce afin de traiter celes-ci de façon plus efficace. L’interdiction du site Piratebay.org avait pris un an et les internautes avaient réussi à contourner celui-ci en créant des sites semblables. Les sites seront mis sur une liste noire et l’internaute sera redirigé vers les options légales de streaming et de téléchargement, tel que Spotify, Netflix, etc. Les sites illégaux belges seraient désactivés complètement à travers de la procédure « notice and takedown ».

Peter Bouckaert, producteur de cinéma belge pour Eyeworks, suggère qu’il faudrait également punir les internautes. L’Allemagne a réussi à sauver le marché audiovisuel en attribuant des amendes à ceux qui téléchargent, dit-il.

Selon les chiffres de la Belgian Entertainment Association (BEA), 1.8 million de personnes visitent les sites illégaux de téléchargements.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. d-20180119-3K4JUR 2020-01-14 13:15:56

    Pensions: statu quo sur la Grapa?

  3. belgaimage-161310454-full

    Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • L’imagination ne suffira pas pour reconstruire l’école francophone

    Note méthodologique concernant les bâtiments scolaires… Ces 22 pages, validées fin de semaine dernière par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, disent les doutes d’un quintet de ministres face aux toitures qui prennent l’eau, aux murs bourrés d’amiante, aux équipements techniques obsolètes et aux factures énergétiques générées par des infrastructures datant d’une époque où le gasoil de chauffage valait moins de 10 centimes d’euros. Les doutes d’une équipe ministérielle devant un parc immobilier indigne d’une école...

    Lire la suite