BNP Paribas Fortis invoque trois raisons pour la fusion de 65 agences

© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir
© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir

L’annonce en conseil d’entreprise de l’objectif de BNP Paribas Fortis d’« optimiser » son réseau, par le biais de la fusion de 65 agences et la mise sous statut indépendant de 53 autres, s’est accompagnée d’un certain nombre de justifications.

Il nous revient que la banque invoque en premier lieu le fait que cette évolution répond en quelque sorte à une demande des clients, qui ont de plus en plus recours aux canaux numériques. Elle cite une hausse de 25 % de la moyenne mensuelle des « sessions numériques » au premier semestre de cette année par rapport à la même période de l’an dernier. Parallèlement, les clients se rendraient donc de moins en moins en agence : une baisse de 19 % au cours de la même période.

La banque invoque aussi le besoin de réorganiser son réseau afin d’offrir une couverture géographique optimale. Et ce, en tenant compte de la proximité d’autres agences, de la concurrence, de la densité de population, de la proximité de centres commerciaux, entre autres.

Enfin, la banque invoque la nécessité de proposer une meilleure expertise à sa clientèle, la digitalisation permettant de libérer du temps pour en consacrer davantage aux conseils aux clients. Le résultat est désormais connu : le réseau comptera 679 agences à la fin 2018, au lieu de 769 au 30 juin de cette année.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur les bateaux munis d’une grue pour remonter les cordes, ce sont environ deux tonnes de moules par heure qui sont pêchées à partir de la fin du mois de mai.

    C’est déjà la saison des moules

  2. Binche, Estinnes et Morlanwelz rejoignent la toute nouvelle circonscription de Soignies-La Louvière.

    Elections 2019: les curieux comptes électoraux du SPF Intérieur

  3. La campagne du Belang vise principalement les jeunes.

    Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Petits partis: entrer en politique pour la changer, au risque que celle-ci vous change

    La démocratie est le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres ». La citation de Winston Churchill est largement partagée au sein des listes citoyennes. Notre parlementarisme est devenu une particratie, sous le contrôle de coupoles présidentielles qui, souvent, décident au nom d’intérêts partisans ou de logique à court terme.

    Le désir de changement est profond, tant le système actuel semble en crise. Et c’est ce pas que franchit un nombre croissant de citoyens, décidés à « entrer...

    Lire la suite