Accueil Opinions Cartes blanches

Walcourt: ni haine ni mépris

Face à la réaction de certains habitants de Walcourt, hostiles à l’arrivée de réfugiés dans leur commune, les politiques doivent se confronter aux expressions de peur et même de haine et non les mépriser, estime Christos Doulkeridis (Ecolo).

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Les reportages consécutifs à la soirée d’information à Walcourt au sujet de l’accueil futur de réfugiés ont provoqué énormément de réactions dans la presse et sur les réseaux sociaux.

On retrouve deux types de réactions. Celles de la part de ceux qui se sont sentis choqués et qui pointent la « bêtise », le « racisme » ou la « haine » de certaines personnes interviewées. D’autres, trouvant un écho à leurs propres ressentis se trouvent réconfortés d’entendre publiquement exprimées des idées et des propositions qu’ils partagent sur « l’inconscience de laisser venir autant de personnes qu’on ne connaît pas », sur la nécessité évidente « d’organiser des milices privées, face à l’incompétence et l’aveuglement des autorités publiques », laissant entendre clairement que « ce nouveau public créera inévitablement des dégâts irréparables dans leur quotidien ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs