Accueil Culture Scènes

Les arts de la rue sont-ils moins gonflés qu’avant?

Les attentats, l’évolution des mœurs, la frilosité du politique, la rivalité de l’événementiel ont-ils émoussé la spontanéité, la féroce liberté des arts de la rue ? Aux Unes fois d’un soir, ce samedi à Huy, on lutte coûte que coûte pour garder ce contact imprévisible avec la rue.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Cet été, déjà, se levait un petit vent de révolte dans le monde des arts de la rue alors que le célèbre festival d’Aurillac se voyait cadenassé par un dispositif de sécurité hors norme (filtrage du public, barrières Vauban, fouilles systématiques), imposé par l’état d’urgence en France mais jugé contraire à l’esprit des arts de la rue, où la liberté de déambulation et la subversion de l’espace public sont au cœur de la création. « Refusons de jouer nos spectacles enfermés derrière des grilles », pouvait-on lire sur les tracts.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs