Accueil Économie Mobilité

Le patron de Ryanair, Michael O’Leary, n’est plus seul maître à bord

Les actionnaires soutiennent la stratégie de Michael O’Leary à la tête de la compagnie. Il va engager 125 nouveaux pilotes et tenter de les amadouer. Mais ceux-ci, qui sentent que l’opportunité est rare, s’organisent.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

L’assemblée générale annuelle de Ryanair a convaincu Michael O’Leary et le reste de ses troupes d’une chose : les actionnaires lui ont très majoritairement renouvelé leur confiance. Rassurant quand, depuis une semaine, la compagnie est clairement dans la tourmente à cause de la mauvaise gestion de la disponibilité de ses pilotes qui, eux, confirment plutôt leur défiance par rapport au système Ryanair. Après avoir invoqué des problèmes de météo ou des grèves des contrôleurs du ciel qui n’avait pas affecté les autres compagnies (mais qui permettent d’invoquer des circonstances exceptionnelles et ne pas payer des indemnités d’annulation), Michael O’Leary avait bien dû reconnaître «  Nous nous sommes plantés  » et décidé d’annuler 2 % des vols prévus d’ici la fin octobre, soit 2.100 vols pour 315.000 passagers dont environ 50.000 en Belgique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs