Accueil Société Régions Hainaut

Inquiétude autour des marais d’Harchies

Le projet de nouveau quartier aux Sartis à Hensies est à la lisière de la réserve naturelle protégée. Les gestionnaires estiment que l’impact sur la faune et la flore pourrait être catastrophique.

Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 3 min

Calme et volupté. Les 581 hectares que couvrent les marais d’Harchies révèlent ce que la nature a de plus beau dans sa diversité. Pas étonnant que les naturalistes de tous bords, les photographes amateurs ou simplement les amoureux de la nature sauvage aiment s’y balader… à pas feutrés. Car la nature y est aussi très fragile et précieuse. Installés progressivement dans les affaissements miniers provoqués par l’arrêt des pompages dans le charbonnage, les marais sont reconnus depuis 1986 comme zone humide d’importance internationale par la convention de Ramsar. Il s’agit tout simplement de la plus prestigieuse zone humide protégée en Wallonie qui est classée internationalement au même titre que le Zwin, la Camargue ou encore la baie du Mont-Saint-Michel.

Mais ces derniers temps, les gestionnaires des marais – l’ASBL Natagora via le Crie d’Harchies – se montrent inquiets. Très inquiets même. En cause ? Le projet de nouveau quartier aux Sartis à Hensies. Ce projet fait en effet partie des 15 dossiers de nouveaux quartiers retenus par le gouvernement wallon pour faire face au défi démographique. Les premières esquisses réalisées par un bureau d’étude à la demande du propriétaire du site envisagent la création de quelque 900 logements, des cellules commerciales et des infrastructures publiques comme une crèche, par exemple. Le problème est que ce nouveau quartier est situé à la lisière même du marais, séparé par des murs en béton. « C’est une ineptie d’envisager un nouveau quartier à cet endroit !, s’insurge Manu Di Sabato, responsable du secrétariat régional d’Écolo. Certes, l’ancien charbonnage des Sartis, le dernier à avoir stoppé ses activités en 76, est toujours en zone industrielle au plan de secteur. Mais les lieux sont laissés à l’abandon depuis et la nature a repris ses droits. Les marais, dont on a laissé l’eau monter volontairement, ont considérablement grandi depuis et atteignent maintenant pratiquement le site des Sartis. Pour nous, cette zone ne doit plus être urbanisable et devenir une zone verte d’intérêt paysager. »

Pour les responsables de Natagora, « la présence d’environ 3.000 personnes et son corollaire d’activités aura des répercussions inéluctables sur cette partie reculée du site dont la quiétude, absolue jusqu’alors, était gage de sa richesse ». Les gestionnaires craignent que l’activité humaine perturbe beaucoup trop la flore et surtout la faune locale et notamment une héronnière, au point de la faire fuir ou mourir.

Pour les défenseurs des marais, le projet de nouveau quartier doit être abandonné. Pour les Écolo, il doit pouvoir être concrétisé ailleurs dans la commune ou la région où les sites à réhabiliter ne manquent pas.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Hainaut

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo