Theo Francken sur la venue de la délégation soudanaise: «C’était concerté avec le cabinet du Premier ministre»

Theo Francken sur la venue de la délégation soudanaise: «C’était concerté avec le cabinet du Premier ministre»

En pleine polémique autour de l’identification des migrants soudanais, Theo Francken donnait, avec Jan Jambon, le ministre de l’Intérieur, un meeting au Hilton de Bruxelles. Les thèmes : sécurité et immigration, « contre la censure imposée par le politiquement correct ».

Accueil chaud : entre 200 et 300 manifestants les attendaient devant l’entrée. D’une chambre de l’hôtel s’est déployée une banderole à l’effigie du troisième Reich avec le logo de la N-VA au centre. Elle a rapidement été enlevée par la direction de l’hôtel.

Lors de la conférence, Theo Francken a défendu sa politique d’identification des migrants soudanais. « C’était la seule solution. Et je me suis concerté avec les cabinets du Premier ministre et de Reynders avant de faire venir la délégation. La délégation soudanaise a déjà identifié des migrants, et elle va en identifier d’autres. Oui, je vais continuer. » Il a indiqué que des laissez-passer avaient été délivrés pour des personnes expulsables vers le Soudan. Concernant sa communication, il a concédé qu’elle était dure mais l’a justifiée par la volonté de « lancer un message clair aux trafiquants d’êtres humains ». Il a toutefois indiqué qu’il ne travaille pas avec ce pays de gaieté de cœur. « Je dois me boucher le nez pour travailler avec ce pays et d’autres Etats africains ».

A plusieurs reprises lors de sa présentation, il a plaisanté autour de son utilisation du mot «  nettoyer » le parc Maximilien, comme s’il voulait jouer avec la limite, après la polémique. « Je ne dois surtout pas utiliser ce mot aujourd’hui, ça m’a causé des problèmes. » A la VRT, il a indiqué qu’il avait utilisé ce mot pour parler du parc Maximilien et non des personnes qui s’y trouvaient.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous