Disparition de Maëlys: des scellés détruits dans l’incendie de la gendarmerie à Grenoble

© AFP
© AFP

Des scellés de l’enquête sur la disparition de Maëlys ont été détruits dans la nuit de mercredi à jeudi lors de l’incendie des locaux techniques de la gendarmerie de l’Isère à Grenoble, a annoncé le Procureur de la République de Grenoble ce vendredi. Pour autant, cela ne devrait pas porter préjudice à l’enquête, ces éléments étant de moindre importance.

L’incendie d’origine criminelle a été revendiqué par un site anarchiste. Il a détruit en partie le garage de la caserne et sa cinquantaine de véhicules mais également le local de la cellule d’investigation criminelle et tous les scellés judiciaires qui s’y trouvaient.

« Ces scellés étaient tout à fait secondaires et ne présentaient pas d’intérêt majeur. Dans ce genre d’enquête, on saisit à peu près tout », a précisé le procureur. Le véhicule du suspect, notamment, n’était pas dans l’entrepôt qui a brûlé. L’essentiel des scellés importants dans cette enquête se trouvait dans des laboratoires.

Sur le même sujet
Enquête
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite