Accueil Société

La Croix-Rouge de Belgique: «Les migrants doivent être logés dans des installations décentes»

Billy Jungling, directeur de la Croix-Rouge de Belgique, refuse pourtant de commenter la décision de Francken, par souci de neutralité.

Temps de lecture: 2 min

Directeur du département d’accueil des demandeurs d’asile au sein de la Croix-Rouge de Belgique, Billy Jungling est l’invité du Grand Oral RTBF-Le Soir sur La Première. Il rappelle l’indépendance et la neutralité de la Croix-Rouge. Il souligne aussi ce qu’il considère comme une priorité fondamentale dans l’accueil des migrants : « que ceux-ci bénéficient d’une information complète et correcte sur les procédures et sur leurs droits ».

La Croix-Rouge de Belgique a ses missions propres : s’occuper des situations d’urgence et des personnes vulnérables. Elle peut aussi recevoir des mandats de l’État qui lui délègue alors des tâches bien spécifiques.

Pour Billy Jungling, il y a une priorité : «  Les migrants dans les centres d’accueil, dans les centres fermés ou encore ceux présents à la gare du Nord ou au parc Maximilien, ils doivent être informés et logés dans des installations décentes  ».

Avec les récents contrôles et la pression accrue sur les migrants, Billy Jungling n’a pas peur de parler d’un véritable harcèlement.

Une nécessaire neutralité

Il rappelle également un principe fondateur de la Croix-Rouge, à savoir sa neutralité. Le directeur du département d’accueil ne commente pas la décision du secrétaire d’État NVA, Théo Francken, de faire venir une délégation soudanaise pour identifier des migrants.

Il insiste toutefois sur un point : la priorité est d’assurer la sécurité des personnes accueillies. «  Quand le cabinet de Theo Francken nous a demandé de distribuer ses tracts, nous avons refusé. De même quand des avocats nous ont demandé de distribuer du courrier, nous avons refusé. C’est notre neutralité,  » explique-t-il. «  Nous avons aussi eu des personnes qui voulaient avoir les noms des Kurdes qui faisaient une grève de la faim, nous ne les avons pas donnés, nous les avons protégés  », poursuit-il.

Billy Jungling conclut sur ce constat : «  Les gouvernements changent, mais nous, on est toujours là !  ». Et il se félicite de l’évolution positive de l’accueil dans les centres.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko