Explosion, cause naturelle: les experts tentent de déterminer l’origine du séisme en Corée du Nord

© AFP
© AFP

Un séisme peu profond de magnitude 3,5 a secoué samedi la Corée du Nord près de son site d’essais nucléaires, selon les services de géologie américains, possiblement dû à une «explosion» selon Pékin, Séoul évoquant «un tremblement de terre naturel».

Dans la zone des précédents essais nucléaires

Selon les services géologiques américains (USGS), le séisme a frappé à une vingtaine de km du site d’essais nucléaires nord-coréen où Pyongyang avait effectué le 3 septembre son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour. Cet essai, qui concernait selon Pyongyang une bombe H susceptible d’être montée sur un missile, avait provoqué un séisme de magnitude 6,3.

Selon un communiqué de l’USGS, la profondeur du séisme de samedi a été évaluée à 5 km. «Cet événement est survenu dans la zone des précédents essais nucléaires nord-coréens», précise le communiqué de l’USGS, soulignant:«nous ne pouvons confirmer de manière certaine à cette heure la nature (naturelle ou provoquée par l’homme) de l’événement».

La Chine et la Corée du Sud en désaccord

Les experts de la région divergeaient dans leur analyse de la secousse. Le Service sismique chinois CENC a évoqué un séisme de magnitude 3,4 possiblement dû à une «explosion», l’agence officielle chinoise Xinhua soulignant que l’épicentre, dans le nord-est du pays, était pratiquement le même que celui de la secousse du 3 septembre qui avait été suivie d’une deuxième secousse (de 4,6) imputée à un «affaissement» par le service chinois.

De son côté, l’Agence météorologique de Corée du Sud (KMA) a jugé qu’il s’agissait samedi d’un «tremblement de terre naturel». «Il n’y a aucune possibilité qu’il puisse s’agir d’un séisme artificiel», selon un responsable de la KMA cité par l’agence sud-coréenne Yonhap.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. Le 19 février en soirée, le roi Philippe reconduit Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD), nouveaux chargés de mission royale.

    Négociations fédérales: un an de discussions en coulisses. Est-ce bien démocratique?

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Coronavirus: entre psychose et précaution, un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite