Explosion, cause naturelle: les experts tentent de déterminer l’origine du séisme en Corée du Nord

© AFP
© AFP

Un séisme peu profond de magnitude 3,5 a secoué samedi la Corée du Nord près de son site d’essais nucléaires, selon les services de géologie américains, possiblement dû à une «explosion» selon Pékin, Séoul évoquant «un tremblement de terre naturel».

Dans la zone des précédents essais nucléaires

Selon les services géologiques américains (USGS), le séisme a frappé à une vingtaine de km du site d’essais nucléaires nord-coréen où Pyongyang avait effectué le 3 septembre son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour. Cet essai, qui concernait selon Pyongyang une bombe H susceptible d’être montée sur un missile, avait provoqué un séisme de magnitude 6,3.

Selon un communiqué de l’USGS, la profondeur du séisme de samedi a été évaluée à 5 km. «Cet événement est survenu dans la zone des précédents essais nucléaires nord-coréens», précise le communiqué de l’USGS, soulignant:«nous ne pouvons confirmer de manière certaine à cette heure la nature (naturelle ou provoquée par l’homme) de l’événement».

La Chine et la Corée du Sud en désaccord

Les experts de la région divergeaient dans leur analyse de la secousse. Le Service sismique chinois CENC a évoqué un séisme de magnitude 3,4 possiblement dû à une «explosion», l’agence officielle chinoise Xinhua soulignant que l’épicentre, dans le nord-est du pays, était pratiquement le même que celui de la secousse du 3 septembre qui avait été suivie d’une deuxième secousse (de 4,6) imputée à un «affaissement» par le service chinois.

De son côté, l’Agence météorologique de Corée du Sud (KMA) a jugé qu’il s’agissait samedi d’un «tremblement de terre naturel». «Il n’y a aucune possibilité qu’il puisse s’agir d’un séisme artificiel», selon un responsable de la KMA cité par l’agence sud-coréenne Yonhap.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous