Tensions à Paris en marge de la manifestation contre la réforme du travail (vidéo)

©AFP
©AFP

Des dizaines de milliers de manifestants étaient appelés à «déferler» samedi dans les rues de Paris par le tribun de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, déterminé à prendre la tête du combat contre la réforme du droit du travail d’Emmanuel Macron.

«La bataille de France est commencée», avait notamment lancé cette semaine le chef de file de La France insoumise (LFI) qui a qualifié de «coup d’Etat social» le projet gouvernemental.

Le président français a solennellement paraphé vendredi devant les caméras les cinq textes modifiant le complexe code du travail français, qui compte plus de 3.000 pages.

Quelques débordements

La manifestation a débuté dans le calme mais quelques tensions ont ensuite éclaté aux alentours de la place de la République. Des individus masqués s’en sont notamment pris violemment à des manifestants avant d’essayer de monter sur la scène installée pour l’occasion. La situation est ensuite rentrée dans l’ordre.

Réunis aux abords de la place de la Bastille, le cortège s’est élancé vers 15h vers la place de la République.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite