Elections en Allemagne: Merkel et Schulz dans leur fief pour clôturer la campagne

Angela Merkel ce samedi à Lauenburg © EPA
Angela Merkel ce samedi à Lauenburg © EPA

Angela Merkel, favorite des élections allemandes, et son rival social-démocrate Martin Schulz se rendent samedi dans leurs fiefs pour motiver les troupes à la veille d’un scrutin qui pourrait voir une poussée nationaliste historique.

La chancelière de 63 ans s’est d’abord rendue dans la matinée au quartier général de sa campagne à Berlin : «  Allez, on part chercher le bifteck ! Chaque voix compte ! », a lancé celle qui vise un quatrième mandat après 12 ans au pouvoir.

Dans l’après-midi, elle est allée dans sa circonscription du Mecklembourg-Poméranie (nord-est), une région de l’ex-RDA où les nationalistes anti-islam de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) ont battu la CDU de Mme Merkel lors d’élections régionales l’année passée.

Invalid Scald ID.

Ces dernières semaines, la cheffe des conservateurs s’est faite copieusement conspuer lors de rassemblements de campagne par des petits groupes de sympathisants de cette droite populiste qui l’accusent de « trahison » pour avoir ouvert l’Allemagne en 2015 à des centaines de milliers de demandeurs d’asile majoritairement musulmans.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite