Accueil Économie

«Nous sommes la variable d’ajustement»

Selon etienne ernoux, l’Europe n’a pas anticipé les bas prix sur la durée au motif des bons rendements mondiaux.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Ce matin, sur la table de la cuisine, l’ordinateur portable est déjà ouvert. Pour Etienne Ernoux, agriculteur à Sovet, c’est devenu un outil de travail comme un autre. Il suit les cours des matières premières agricoles (sur 130 hectares, il cultive froment d’hiver, de l’escourgeon, du maïs, de la betterave, du colza, du lin ou encore de la pomme de terre), et est devenu incollable sur la parité euro-dollar (la faiblesse du billet vert désavantage les producteurs dont les coûts sont libellés en euros). Depuis quelques mois, c’est un nouvel onglet qu’il a ajouté à ses favoris : comme tous les betteraviers, c’est donc aussi le cours mondial du sucre qu’il devra tenir à l’œil. Et cette perspective est loin de l’enchanter. « Les quotas nous garantissaient de couvrir nos coûts de production et apportaient une rémunération correcte », explique Etienne Ernoux.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs