La confiance en Philippe est en baisse

C’est un enseignement du sondage de l’émission Place royale, diffusé ce samedi soir sur RTL-TVi et publié sur le site de la chaîne : depuis son accession au trône le 21 juillet 2017, la confiance dans le roi Philippe s’érode.

Après 100 jours de règne, elle était de 79% ; après 1.000 jours, il avait perdu 10% pour atteindre 69% de confiance. Et quand en cette rentrée 2017, après 1.500 jours de règne, on demande aux citoyens « A quel point faites-vous confiance au roi Philippe ? », 63,3% répondent qu’ils lui font « toute confiance » ou « plutôt confiance », contre 23,1% qui lui font « plutôt pas » ou « pas du tout confiance » (13,6% n’ont pas d’avis).

Notons que, pour une fois, les Wallons sont un peu moins nombreux à faire confiance au Roi que les Flamands : 61,4% contre 62,7%, tous battus par les Bruxellois 71,8%.

Rien n’explique cette baisse

En quatre ans de règne, Philippe a donc perdu 16% points. Comment l’expliquer ? Rien, cette fois, ne justifie particulièrement cette baisse, contrairement au dernier sondage où le « thalassogate » (la présence du couple royal en thalasso en France pendant le black out à Bruxelles) lui avait sans doute fait perdre quelques pour cents.

Cette fois, le Roi n’a commis aucune faute majeure, mais pas non plus de coups d’éclat (ses discours, par exemple, sont très classiques, formels). Alors la traditionnelle usure du pouvoir peut jouer. De même que, malgré des activités sociétales importantes et des visites d’Etat bien médiatisées, le Roi n’est pas très présent sur l’avant-scène. Sachant que l’actualité belge est très politique depuis plusieurs mois et que c’est un terrain sur lequel il ne peut guère s’aventurer.

Reste que 63% de confiance en l’institution royale, en comparaison d’autres institutions (politiques, religieuses, médiatiques,…), c’est beaucoup. Bien des organes publics par exemple se contenteraient d’un tel score, quand on voit ceux, très très minoritaires, qu’ils récoltent lorsqu’on interroge l’opinion.

Le travail de Mathilde plus apprécié que celui de Philippe

Place royale a aussi voulu savoir si les Belges sont satisfaits du travail du couple royal. Ici, l’intérêt des réponses se situe dans la différence entre Philippe et Mathilde.

Si 52,2% se disent satisfaits du travail de Philippe, ils sont 70,8% à l’être de celui de Mathilde. Quasi 20% de plus. Voilà qui rejoint l’analyse classique selon laquelle la reine est plus à l’aise dans son rôle de représentation, de contacts et de communication que le Roi. Au point que l’on a dit qu’elle faisait de l’ombre à son mari. Les sondés ne sont manifestement pas d’accord : seuls 7,2% jugent qu’elle est trop présente ; les trois quarts (76,5%) pensent qu’elle est « suffisamment présente ».

Mais ce sont les Wallons qui sont les plus nombreux à estimer qu’on voit trop la reine : 12%, contre 4% de Flamands.

Sur le même sujet
RoyautéFrance
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite