Di Rupo: «Nous ne laisserons pas Francken avilir des êtres humains, belges ou soudanais»

Le PS s’est posé dimanche en parti des travailleurs au cours de son congrès de rentrée. En chute dans les sondages, terni par les affaires de gouvernance publique et envoyé dans l’opposition en Wallonie, le parti a tenu à afficher sa vigueur dans le combat social. «  Le PS est vivant et bien vivant, le PS est debout et bien debout », a conclu le président Elio Di Rupo, sous les applaudissements des militants.

Condamnation à l’égard de Francken

Le président du PS a insisté sur l’affaire Theo Francken autour des migrants. « Je veux redire avec force notre sentiment d’abomination et notre condamnation à l’égard de Theo Francken ». En martelant sur le fait qu’ils ne laisseraient pas « Francken avilir des êtres humains qu’ils soient belges ou soudanais ». Avant de rajouter qu’ils ne laisseraient pas « la N-VA salir notre pays et la grandeur d’âme des citoyens belges ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous