Accueil Opinions Débats et idées

Le faible taux d’emploi des jeunes constitue le véritable drame de l’Italie

Alessandro Rosina est éditorialiste au journal « La Repubblica » et professeur titulaire de démographie et statistique sociale à l’Université Catholique de Milan.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Ceux qui sont nés dans les années 80 et après appartiennent à la génération Y. Ils ont grandi dans des familles dont la richesse moyenne est la plus élevée de l’après-guerre et ont des ambitions élevées, qui s’alignent sur celles des jeunes des autres pays développés. Cependant, en grandissant, cette génération a également vu augmenter considérablement la dette publique, le vieillissement de la population et l’instabilité de l’emploi. Ceux qui ont entre 25 et 34 ans ont également été confrontés à la crise économique dans la phase la plus délicate du passage à la vie adulte – à savoir le passage de l’école à la vie professionnelle. Une génération qui, contrairement aux baby-boomers, a dû se contenter d’atteindre des objectifs se situant bien en deçà de ses désirs et de ses possibilités.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Cafagna Luigi, lundi 25 septembre 2017, 21:54

    Comment voulez-vous avec 5 € de l'heure, être appelé pendant la journée pour une ou quelques heure(s),sans être sûr de travailler le lendemain,de voir, malgré ce bas salaire ,les entreprises se délocaliser et avec un chômage comme dénoncé dans cet article proposer une vie digne à une famille? c'est pourtant ce que les États veulent imposer à leurs habitants :ce n'est pas un avenir qu'on propose c'est le néant.

Aussi en Débats et idées

Entretien L’anthropologue Emmanuel Todd: «La Troisième Guerre mondiale a déjà commencé»

Au-delà de l’affrontement militaire entre la Russie et l’Ukraine, l’anthropologue français insiste sur la dimension idéologique et culturelle de cette guerre. Et sur l’opposition entre l’Occident libéral et le reste du monde, acquis à une vision conservatrice et autoritaire. Les plus isolés ne sont pas, selon lui, ceux qu’on croit.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs