Florent Pagny quitte la France pour «des raisons fiscales», un ministre français l’invite à «rester»

© Reporters
© Reporters

Le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, a invité lundi Florent Pagny à « rester en France » après que le chanteur a fait part de sa volonté de s’installer au Portugal pour bénéficier d’une fiscalité plus avantageuse. «  J’invite Florent Pagny à rester en France, nous avons besoin de tous les talents », a déclaré à l’AFP le ministre.

«  Nous avons un projet de loi de finances pour 2018 qui vise justement à ce que tous ceux qui créent en France, qui créent des richesses, qui créent des emplois également, puissent être incités à rester », a-t-il ajouté. Florent Pagny, également coach de l’émission « The Voice » sur TF1, a évoqué ce week-end dans le journal Le Parisien une installation au Portugal «  pour des raisons fiscales ».

La fiscalité française critiquée

Au Portugal, «  il n’y a pas d’impôt sur la succession, pas d’impôt sur la fortune et surtout pas d’impôt sur les royalties pendant dix ans, tous les artistes commencent à s’installer là-bas », affirme le chanteur de 55 ans, qui vient de sortir un nouvel album intitulé «  Le présent d’abord ». «  Les Italiens viennent d’adopter les mêmes règles » concernant les royalties (…), affirme-t-il. «  Quand on dit ‘revenez’, (il faut) changer des règles pour que les gens reviennent », dit-il aussi dans une vidéo mise en ligne sur le site du Parisien, en interpellant le président Emmanuel Macron.

L’interprète de «  Ma liberté de penser » vit aujourd’hui entre la France, l’Argentine (d’où est originaire son épouse) et les États-Unis (où étudient ses enfants).

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chef de la Défense, le général Marc Compernol est confronté à un énorme problème de recrutement depuis plusieurs années.

    Le général Compernol, chef de la Défense: «On a un énorme problème. Beaucoup de gens quittent l’armée»

  2. © Belga

    L’épidémie de grippe frappe à nos portes, que faire?

  3. Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart.

    Nemmouche, le procrastinateur, s’énerve et réserve ses réponses

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite