Accueil Culture Livres

La Belgique, ses amours et ses tracas, sous la plume des écrivains arabes

Entre récit et fiction, ils racontent leur vision de la société belge. Ces histoires drôles et touchantes traduisent leur amour ou leur incompréhension avec leur terre d’accueil. Ils présentent leur livre à Bozar ce mercredi 27 septembre.

Article réservé aux abonnés
Ex-journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Ils ont posé leur valise à Ostende, Bruxelles, Liège, Anvers, ou Leuven. Quelques-uns depuis vingt ans, d’autres depuis la crise en Syrie. Tous ont en commun d’être reconnus dans le monde arabe en tant qu’auteur édité à Casablanca ou à Beyrouth. Le poète et écrivain marocain Taha Adnan les a rassemblé pour un ouvrage collectif, Ceci n’est pas une valise paru aux éditions La croisée des chemins. « On se retrouve régulièrement entre écrivains d’expression arabe. On commence à être de plus en plus en Belgique, on s’échange des idées, on se demande des avis, des renseignements, on revoit l’actualité du monde arabe autour d’un verre ou d’un repas. J’ai vu cette dynamique et j’ai proposé d’écrire un texte narratif sur le pays. L’idée a rencontré un bon accueil chez les amis et on a commencé à écrire. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Droit de cuissage

Voici la nouvelle de Gilles Pellerin pour le nouveau numéro de la revue « Marginales ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs