Quand Louis Michel change le vin en eau

© Belga.
© Belga.

Six cents euros seulement pour alimenter pendant vingt ans 750 Congolais. « Avec peu de moyens, il y a encore moyen de bouleverser la vie des gens, souligne le député européen et Ministre d’Etat Louis Michel (MR). Et heureusement qu’il y a des associations comme la vôtre car c’est très compliqué d’arriver à un tel résultat avec l’Union européenne qui dispose pourtant d’un budget de près de 27 millions d’euros pour la Coopération au développement. »

Cela fait trois ans maintenant que le Rotary club de Wavre mène l’opération « Changeons le vin en eau », mais c’est la première année que l’ancien commissaire européen, auquel le développement du continent africain et de la République démocratique du Congo en particulier tient à cœur, la soutient activement.

Le principe est simple. Le Rotary donne rendez-vous ce vendredi 29 septembre, de 19 h à 22 h, à l’hôtel de ville de Wavre, pour sa foire aux vins. L’entrée est à six euros, tandis qu’un buffet de fromages est proposé à neuf euros.

« Tous les bénéfices de la soirée sont ainsi reversés à l’association Zam-Med, précise Alain Thieffry, le président du Rotary de Wavre. L’an passé, nous avons pu financer l’aménagement d’une quinzaine de sources. »

L’association Zam-Med est gérée depuis plus de vingt ans par les Jodoignois Henri et Clairette Torfs-Bertrand, d’abord en Zambie, et aujourd’hui dans la zone de santé de Djuma, dans la province de Kwilu (ex-Bandundu), à 700 km à l’Est de Kinshasa : « L’objectif est d’aménager 250 sources au profit de plus de 250.000 habitants répartis dans plus de 200 villages de brousse. L’occasion d’éviter toutes les maladies hydriques ou dues au manque d’hygiène. Cela passe par une conscientisation des femmes qui se chargent de l’approvisionnement en eau. Nous en sommes déjà à 165 sources. »

Un travail essentiel pour Louis Michel : « Savez-vous combien d’agences des Nations unies s’occupent du problème de l’eau ? Non pas une, ce serait trop simple, elles sont 34 à le faire… C’est dire si votre action tombe pile poil avec les préoccupations qui sont les miennes. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous