Accueil Opinions Chroniques

La Catalogne, nouvel horizon de la démocratie?

Le référendum a du plomb dans l’aile et pourrait déboucher sur un résultat illisible. De quoi se réjouir et s’inquiéter tout à la fois. La chronique de Vincent de Coorebyter.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 6 min

Au moment où j’écris ces lignes, il est difficile de savoir si l’on votera dimanche en Catalogne, et à quelle échelle. Après l’action en justice lancée par l’Espagne contre plus de 700 bourgmestres catalans et la confiscation de près d’un million de bulletins de vote et de plus de 10 millions de tracts, d’affiches et de dépliants, le référendum d’indépendance a du plomb dans l’aile et risque fort de déboucher sur un résultat illisible. Mais en attendant, on peut dire que c’est en Catalogne que le cœur de la démocratie bat de la manière la plus nette. Il y a là de quoi se réjouir, en un premier temps, mais aussi de quoi s’inquiéter.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Enrique Serbeto, mardi 3 octobre 2017, 19:52

    Vous vous trompez monsieur. Il n'ya rien de democratique dans la démarche des independantistes. Bien au contraire. Moi je suis né avec des droits citoyens en Catalogne, Comme des millions de personnes, catalans ou non catalans, avec des liens etroits avec cette region. Ce qu'ils veulent les indépendantistes c'est m'en priver en me faisant choisir entre ma nationalité espagnole et celle qu'ils veulent imposer. En fait, ils veulent me convertir en étranger dans une partie de mon pays. À la limite, ils demandent la possibilité de créer une nouvelle patrie dans laquelle seulement ceux qui sont nationalistes catalans tiendront le droit d'exister comme citoyens. Les autres deviendront des étrangers ou devront se soumettre à l'idéologie nationaliste, fondée sur la haine et le rejet contre l'Espagne (oui, haine contre l'Espagne, bien cultiveé, ou sinon pourquoi demanderaient-ils la séparation!). Par contre, dans un pays démocratique comme l'Espagne, tous les citoyens, et compris ceux qui se réclament indépendantistes, ont tous ses droits, les mêmes droits. Je comprends que pour un journaliste belge soit particulièrement difficile de distinguer la réalité espagnole, étant donné que vous vivez déjà, en la pratique, séparées entre flamands el non flamands. Mais en Espagne ce clivage n'existe pas. Je suis aragonais, marie avec une basque, mes deux enfants sont nees en Catalogne et moi j'ai pase une grande partie de ma vie à Barcelone. Ma soeur, nee elle à Barcelone, habite maintenant en Andalousie et si elle revienne en Catalogne risque d'être déclarée étrangère chez elle. Nous sommes des millions de citoyens comme ça. Ce qu'il se pase est une tragédie, et n'a rien de romanesque ni épique. Une partie de la société catalane a été victime d'une intoxication nationaliste et va droit au precipice. Malheureusement.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs